Malgré un environnement difficile, notamment en première monte et sur le marché chinois, Michelin a publié des résultats financiers très solides au titre de l’exercice 2018, dépassant les attentes des analystes, ce qui a eu un effet immédiat sur son cours de Bourse.

Ainsi, en volume, après un recul au premier trimestre, la croissance est revenue sur les neuf mois suivants (+2%), pour un atterrissage annuel à +0,9%. En 2018, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 22,03 milliards d'euros, en hausse de 0,3% en données publiées, et en croissance de 4,1% si l'on exclut un effet de changes négatif qui a atteint l'an dernier 838 millions d’euros.

Le groupe a bénéficié de sa bonne couverture géographique mondiale avec une ventilation des ventes équilibrée : 39% en Europe (y compris CEI et Russie), 35% en Amérique du Nord (y compris le Mexique) et 26% en Asie (et reste du monde). « Notre exposition au marché chinois est assez forte, convenons-en. Nous avons une bonne empreinte sur le marché du remplacement et nous cherchons à nous développer en OE. C’est un axe prioritaire à long terme », explique Jean-Dominique Senard, président de Michelin.

La croissance de Michelin a principalement été portée par les pneus de spécialités (+19%, avec l’effet de l’intégration de Fenner) et les pneus PL. Sur un marché TC plus nuancé, c’est la rigueur de la politique de prix qui a joué (effet prix de 255 millions d’euros) et un gain de part important sur les dimensions de 18 pouces et plus.

Au final, le Résultat opérationnel des secteurs progresse de 1,2%, à 2,78 milliards d'euros, ce qui est supérieur au consensus. Le cash-flow libre structurel s’établit à 1,27 milliards d’euros. « Dans un environnement économique difficile, nous avons démontré que nous tenions notre cap, tout en réalisant des acquisitions stratégiques et en procédant à la réorganisation du groupe », s’est réjoui Jean-Dominique Senard, tandis que Florent Menegaux, qui lui succédera à la tête du groupe en mai prochain, s’est montré confiant pour 2019 : « Michelin a pour objectifs, en 2019, une croissance des volumes en ligne avec l’évolution mondiale des marchés, un Résultat opérationnel des secteurs supérieur à celui de 2018, hors effets de change, au-delà de la contribution additionnelle de Camso et Fenner estimée à 150 millions d’euros. La génération d’un cash-flow libre structurel est attendue supérieure à 1,45 milliard d’euros ».

Les résultats du groupe sont supérieurs aux attentes des analystes, mais Jean-Dominique Senard, Florent Menegaux, Yves Chapot, directeur des lignes business automobile, et Marc Henry, directeur financier, expliquent de concert que tout le monde a été surpris par le marché : « Quand nous avons mis en gardes les analystes cet été, nous étions dans notre rôle car plusieurs marchés montraient des signes de fléchissement. Cela ne s’est pas vraiment vérifié par la suite et nous ne nous attendions pas à un dernier trimestre 2018 aussi bon pour notre secteur ».

La direction du groupe confirme les objectifs fixés pour 2020 et annonce une journée d’investisseurs au début du mois d’avril 2018, où de plus amples précisions actualisées seront apportées.


Les résultats du groupe Michelin en détails :