Comme nous le détaillions dans notre édition numérique datée du 30 octobre 2018, Mitsubishi a ouvert au début du mois de septembre deux pop-up stores dans les vastes centres commerciaux de Val d’Europe et de Créteil Soleil. Dans chacun des cas de figure, on parle de 20 millions de visiteurs annuels, un flux considérable. D'ailleurs, les premiers relevés de la marque font état de 20000 visiteurs par mois sur le site éphémère.

Pour accueillir ces personnes, Mitsubishi a recours à des ambassadeurs de marque. « Des spécialistes de l’automobile, rompus aux présentations des constructeurs, aux road-show, etc. Ce ne sont pas des vendeurs et leur fonction est didactique. Si évaluation de leur travail il doit y avoir, elle s’opère à l’aune de leur implication, nombre de contacts gérés, et à la qualité des leads remontés ensuite au réseau », précise Patrick Gourvennec, président de Mitsubishi Motors Automobiles France.

Il convient de préciser que ce volet des ressources humaines représente la moitié du budget du dispositif, car la présence dans un centre commercial implique une couverture de plages horaires très vaste et ce, sept jours sur sept.

Une technologie encore largement méconnue


Les ambassadeurs de Mitsubishi, en place dans le pop-up store de Val d’Europe qui met en exergue un Outlander PHEV 2019, sont de bons témoins de la perception du grand public par rapport à la technologie hybride rechargeable. Voici donc les questions qui animent le potentiel client lambda.

« Tout d’abord : qu’est-ce que c’est l’hybride rechargeable ? Mais aussi, quelles sont les différences entre hybrides, hybrides rechargeables et véhicules 100% électriques ? Comment peut-on recharger son véhicule à son domicile ? En déplacement ? », explique un ambassadeur, avant d’ajouter : « Et nous notons aussi une réelle inquiétude par rapport à la hausse du prix des carburants depuis quelques semaines et vis-à-vis des menaces d'interdiction de circulation en ville de certains élus ».

En somme, le travail se concentre souvent sur des explications basiques, mais il n’y a pas de freins majeurs à lever, surtout que l’angoisse liée à l’autonomie n’a pas lieu d’être. Par la suite, on revient à des échanges plus classiques du cadre de la préparation d’un achat automobile.