Partager la production ou la sous-traiter afin d’abaisser le prix de revient des modèles, c’est une stratégie mise en œuvre depuis des années par Sergio Marchionne, le patron de Fiat-Chrysler. Après PSA (utilitaires), Suzuki (Fiat Sedici), Ford (Fiat 500), c’est avec Mitsubishi que Fiat (en l’occurrence le groupe Fiat-Chrysler) s’associe. Le constructeur japonais lui dédiera l’un de ses modèles que le groupe italo-américain commercialisera sous l’une de ses marques en Asie.

Fiat-Chrysler veut aller vite

Cette petite berline, dérivé de l’un des modèles de Mitsubishi, sera monté dans une usine du nippon en Thaïlande. En  saturant ainsi site de production, il devrait en améliorer assez considérablement la rentabilité, donc abaisser le prix de revient unitaire des modèles qui y seront fabriqués.
Comme il l’a déjà fait selon une stratégie éprouvée, Fiat-Chrysler étendra rapidement son offre afin de rattraper son retard sur le marché asiatique où il est actuellement assez peu présent. La sortie de chaîne des premiers véhicules devrait débuter dans le courant de cette année.
Cette information a été révélée par le quotidien économique japonais Nikkei.
Rappelons que Mitsubishi Motors et Chrysler étaient déjà partenaires à partir du milieu des années 1980 mais leurs liens avaient été rompus depuis 2005.
Récemment, Mitsubishi Motors a noué des partenariats ponctuels avec plusieurs constructeurs. Ainsi, il fournit des 4x4 et voitures électriques à PSA avec lequel il exploite en outre une usine en Russie. Mais aucun lien capitalistique n’a pu être noué entre les deux partenaires PSA et Mitsubishi.
Mitsubishi Motors s'approvisionne parallèlement en berlines auprès de Renault, ainsi qu'en modèles de luxe auprès de Nissan avec lequel il développe aussi des mini voitures et des petites électriques.