Savoir raison garder. Marc Hedrich, directeur général de Kia, le fait savoir à chaque phrase : "Nous sommes généralistes, nous ne voulons pas nous transformer en une marque premium" annonce-t-il... Avant de préciser sa pensée : "L'image cheap de Kia est désormais loin derrière nous. Notre prix de vente moyen est plus élevé que celui de certains généralistes !"

Malgré un prix moyen "plus élevé", Kia bat chaque année son propre record de l'année précédente. Au premier semestre 2018, la marque a vendu 23 587 véhicules, pour une part de marché de 2% (+0,3 point) et des immatriculations en hausse de 19,6%. Marc Hedrich pense que la fin d'année devrait correspondre avec la vente de 43 000 environ. Pour l'an prochain, l'objectif n'est pas encore fixé, il sera légèrement supérieur, évidemment.

Mais en 2019, il s'agira de vendre un nouveau véhicule électrique. L'e-Niro : "L'objectif, ce sont 3000 ventes" assure le directeur. Un volume ambitieux, mais pas impossible si les concessionnaires adhèrent au produit comme à la stratégie de l'entreprise : "Je veux que les concessionnaires gagnent de l'argent" appuie Marc Hedrich, "leur rentabilité à la fin juin est de 1,3%, de 1,5% pour les exclusifs Kia. Ceci sur un chiffre d'affaires en progression" explique-t-il. Et en dépit de ces bons résultats, le directeur de Kia France ne veut pas demander la lune à ses distributeurs : "Je ne suis pas convaincu par le tout digital. Nous n'allons pas créer un modèle disruptif pour le plaisir d'être disruptif, ou pour satisfaire 2% de nos ventes. Le monde de la distribution fonctionne toujours. Simplement, il ne faut pas exagérer dans les demandes faites au réseau"...