« Je sais que certains constructeurs n’aiment pas cette image mais finalement la voiture est devenue une tablette sur roue », déclare Jacques Bonifay, PDG de Transatel, lors d’une conférence de presse au Mondial de l’auto 2018 (du 4 au 14 octobre à Paris). Parce que pour lui, de l’ordinateur aux véhicules, il n’y a qu’un pas, ou plutôt désormais, qu’une marque. Transatel, spécialiste de la télécommunication et de l’Internet (l’IoT) vient d’annoncer le lancement de sa nouvelle marque centrée sur le client mais qui s’adresse aux constructeurs automobiles, Ubigi. Et ce, pour l’Europe, le Japon et les Etats-Unis.

Ce service cellulaire clé en main assurera la connectivité à bord des véhicules (sous forme de plateforme packagée, native de Windows 10 et également compatible avec une eSIM) mais aussi sur ordinateurs et tablettes comme Microsoft Surface, Asus, Acer et Lenovo. La carte devra être insérée en usine lors de la fabrication des voitures et activée par le concessionnaire (ouverture du Wi-Fi) puis le client (création d'un compte personnel) lors de la remise du véhicule.

Pendant sa présentation, le dirigeant a assuré que les marques automobiles, qui souhaitent s’'impliquer dans la connectivité, ne veulent pas forcément associer leur image ou leur nom à des écosystèmes connectés à bord des véhicules. "D’où le projet Ubigi (du latin « Ubi » pour everywhere et « gi » pour gigabytes)". Jaguar-Land Rover utilise déjà cette technologie à travers des services Wi-Fi et d’infotainment. Un partenariat doit être signé avec le groupe FCA pour l’une de ses marques en 2019.