Un nouveau réseau aux couleurs de Continental
Euromaster (Michelin), Vulco (Goodyear), First Stop (Bridgestone)… Le paysage français des réseaux de pneumaticiens est trusté par les manufacturiers qui s’assurent ainsi un niveau de part de marché en limitant, surtout, l’intermédiation d’un grossiste.

Depuis peu, ils devront composer avec un acteur supplémentaire en la nouvelle enseigne multimarque BestDrive. A son commandement : Continental, déjà détenteur du réseau d’indépendants EuroTyre constitué de 170 points de vente.

« Le lancement de la marque BestDrive n’affecte en rien la constitution et le développement d’Eurotyre qui est rattaché à ContiClub, la division pneumatiques EMEA du groupe. Ce sont deux réseaux qui seront donc cousins », explique Arnaud Lagandré, directeur Europe du sud de BestDrive qui dépend, de son côté, de ContiTrade, l’organisation européenne chargée des activités de distribution de pneumatiques et de services automobiles du manufacturier.

Mises aux couleurs d’ici fin juin


BestDrive joue la carte du "one-stop-shopping" : expert su pneu et pourvoyeur de services complets
BestDrive existe déjà via cette structure juridique en Italie, en Espagne, en Belgique, en République Tchèque, en Suède et en Afrique du sud.

ContiTrade s’appuie, par ailleurs, sur d’autres noms commerciaux de réseaux (Ex : Vergölst en Allemagne) dans 14 pays soit un total de 1 500 points de vente permettant la vente de plus de 5 millions de pneumatiques sur le vieux continent. Une stratégie clé pour séduire la clientèle des flottes qui représente 50 % de l'activité d'un centre .

Il s'agit, en France, d'habiller un réseau de 230 points de vente issus de la reprise, en 2010, de Ripa Pneus (10 points de vente), puis d’Alençon Pneus (45 sites), de DK Leclerc en 2013 (55 ateliers) et enfin de Massa Pneus (110 centres) en juillet dernier. L'homogénéisation a démarré il y a à peine plus de 2 mois.

Elle doit permettre à Continental de maintenir et surtout de dépasser le plus d’un million de pneus vendus en TC4 dans l’Hexagone. Aujourd’hui ce réseau en propre signe un chiffre d’affaires supérieur à 300 millions d’euros avec 2 200 salariés.

« Nous sommes attachés à lui bâtir une culture. Nous sommes un réseau en construction », argumente Arnaud Lagandré.

La gamme de services proposés s’adresse aussi bien aux particuliers qu’aux professionnels dans le domaine du VP, du VU et du VI, de l’agraire, du génie civile ou du machinisme agricole. De l’assistance dépannage aux freins en passant par la chronotachygraphie ou l’installation de systèmes électroniques comme le TPMS, BestDrive se positionne comme un spécialiste du pneu où les clients peuvent effectuer un « one-stop-shopping » tant les services associés se veulent exhaustifs.

Le réaménagement intérieur des établissements alourdit le montant (non communiqué, mais considérable) de l'investissement pour l'équipementier
Sur le terrain, l’organisation du réseau est matricielle avec les opérations d’un côté, les finances et enfin le commerce/marketing de l’autre. Dans chaque région,  une antenne veille à l’animation des troupes.

Pour un montant investi non communiqué, la mise aux couleurs du réseau ainsi que son réaménagement intérieur sera achevée le 30 juin 2015. Date à laquelle ContiTrade communiquera sur BestDrive auprès du grand public comme des pros. A ce jour, 70 points de vente arborent une façade noire et orange. En revanche, le déploiement de l’ERP (outil de gestion unique du groupe) sera effectif mi-2016.

Doubler le réseau avec des franchisés


l'objectif de BestDrive consiste à couvrir l'Hexagone avec plus de 400 points de vente dont 50 % de "franchisés"
Pour instiller cette nouvelle culture, une informatique commune n’y suffira cependant pas. Les équipes seront donc formées, notamment les chefs d’agences. A terme, le réseau doublera se taille avec l’intégration progressive d’affiliés (le contrat n’est pas celui d’une franchise). Le premier BestDrive détenu par un indépendant ouvrira ainsi en avril 2015. Les recherches se concentrent à l’Ouest de Saint-Malo à Perpignan, où BestDrive est dépourvu de point de vente.

« Nous cherchons des affiliés multi-sites qui savent faire de l’industriel », précise Arnaud Lagandré.

De fait, sur les 230 points de vente, les trois quart font du poids lourd. Sachant que la zone de chalandise relève de l’hyper-proximité (12 minutes environ du point de vente), la densification du réseau s’impose. Pas de communication sur la rentabilité actuelle des 230 sites, si ce n’est de fortes disparités.

« Nous voulons être positif d’ici 2016 et au plus tard 2017 car il nous faut digérer nos investissements », commente Arnaud Lagandré.
 

Rationalisation des référencements


Le réseau ne vendra pas que des pneus Continental
Sur le plan du référencement, la simplification a débuté. Finis les 200 000 articles dans l’ERP !

Trois manufacturiers Premium figureront au catalogue dès septembre : Continental, Michelin et Pirelli (+ Goodyear et Hankook dans le poids lourd) et Continental, Kleber, Uniroyal et Taurus en seconde gamme sans oublier un modèle en MDD (Sempirit).

BestDrive ne se fera pas en trois mois. De nombreuses évolutions et développements sont à prévoir comme la spécialisation vers le deux-roues ou encore la mise en place de fonctionnalités comme le clic & collect.