A quelques semaines du dernier jour de l’année 2018, Navya a fait le point et revoit entièrement sa copie. Le constructeur de navettes autonomes estime que l’objectif de chiffre d’affaires annuel fixé à 30 millions d’euros ne pourra pas être atteint et le situe entre 17 et 19 millions d’euros. Soit une progression marquée tout de même de 65 à 85% par rapport à 2017.

L’entreprise de Villeurbanne explique ce contretemps financier, qui fragilise également son but de 480 millions d’euros de ventes en 2021, par le report de certains dossiers : « nous estimons que la réalisation de plusieurs projets de flottes de navettes actuellement en cours de discussion, ne pourra se concrétiser qu’en 2019 ». Mais Navya explique d’autre part que le marché américain y est aussi pour quelque beaucoup : « le cadre réglementaire aux États-Unis est en cours d’évolution retardant momentanément la délivrance d’autorisation pour les expérimentations de véhicules autonomes tel que ceux de Navya sur son territoire ».

>> Lire aussi Navya: 4,5 millions d'euros de chiffre d'affaires au 3e trimestre 2018

Cette déconvenue n’a pour autant pas trop impacté l’action de Navya en Bourse avec une perte limitée à 3,64%, à 2,58 euros. La valorisation de l'entreprise est toutefois tombée à 70 millions d'euros, contre 190 millions au moment de son entrée en Bourse.

Le constructeur rassure et compte bien poursuivre le déploiement de ses navettes autonomes en Europe, Moyen-Orient et en Asie-Pacifique. Et, Navya revendique une trésorerie de 24 millions d’euros et la signature d’une ligne de financement complémentaire de 30 millions d’euros. Sa R&D, ses pôles marketing et commercial en bénéficieront pour se renforcer technologiquement.

>> Lire aussi Après une navette, des robots-taxi de Navya sont testés à Lyon