Carlos Ghosn, sous les verrous depuis plus de deux mois à Tokyo, avait promis de rester au Japon s'il était remis en liberté, mais ses arguments n'ont pas convaincu la justice japonaise. Celui qui est encore PDG de Renault jusqu'au jeudi 24 janvier 2019 est sous le coup de trois inculpations, pour abus de confiance et autres malversations financières.
Sa détention provisoire, qui court pour le moment jusqu'au 10 mars, peut être prolongée chaque mois.

Une autre demande de libération sous caution avait déjà été rejetée en première instance, puis en appel, la semaine précédente. Le principal avocat du dirigeant de 64 ans, Motonari Otsuru, avait choisi de déposer un nouveau recours en modifiant l'argumentaire, en vain. Il a encore la possibilité de faire appel de cette décision de mardi pour donner une nouvelle chance à son client. Mais de l'avis même de M. Otsuru, M. Ghosn encourt le risque de rester incarcéré "jusqu'à l'ouverture de son procès" qui n'aura pas lieu avant des mois.

Carlos Ghosn avait pu brièvement défendre sa cause au début du mois au tribunal. Amaigri et menotté jusqu'à l'entrée dans la salle d'audience, il s'était dit "faussement accusé". Le tribunal a jusqu'à présent justifié la privation de liberté de M. Ghosn par un risque de dissimulation ou destruction de preuves et de fuite. Les procureurs ont argué auprès du juge que M. Ghosn, qui passait le plus clair de son temps à l'étranger, pourrait être tenté de se soustraire à la justice japonaise.

Le charismatique dirigeant avait promis ce week-end d'être à la disposition totale des juges et proposé d'être placé sous bracelet électronique, mais ce dispositif, assez courant en France, n'existe pas au Japon. "Je ne suis pas coupable des accusations qui pèsent contre moi et j'ai hâte de défendre ma réputation devant le tribunal", avait-il réaffirmé dans un communiqué.

Des restrictions de déplacements peuvent encadrer une éventuelle remise en liberté, comme c'est le cas pour son ex-bras droit, Greg Kelly, arrêté en même temps que lui puis relâché le 25 décembre 2018. Les charges à l'encontre de l'Américain sont moins lourdes, mais il a interdiction de quitter le territoire japonais ou d'entrer en contact avec des protagonistes de l'affaire.

La femme et les enfants de M. Ghosn se sont offusqués, par voie de presse notamment, de ses conditions de détention. Des critiques auxquelles les autorités nippones se montrent insensibles.

M. Otsuru a cependant assuré que son client ne s'était jamais plaint auprès de lui. Il peut en outre désormais recevoir la visite de sa famille, en plus de celles de ses avocats et des représentants des pays dont il détient la nationalité (France, Brésil, Liban).