« Les groupes Bernard et PGA Motors ont signé un accord visant une prise de participation stratégique du groupe PGA Motors au capital du Groupe Bernard », annoncent ainsi de concert Hervé Mirales, président de PGA Motors, et Jean-Patrice Bernard par voie de communiqué.

Après l’annonce du groupe belge Alcopa de se retirer de toutes ses activités retail en Europe (il était entré au capital du groupe Bernard en février 2012), Jean-Patrice Bernard avait récemment expliqué avoir identifié un autre actionnaire partageant les mêmes valeurs à le rejoindre au capital de l’entreprise familiale, mais sans lever le voile sur son identité. C’est donc le groupe suisse Emil Frey, présent en France au travers de sa filiale retail PGA Motors, qui souhaite faire son entrée au capital, en rachetant donc la participation de 40 % du capital du groupe Bernard à Alcopa.

C’est l’alliance de deux géants de la distribution automobile ! En effet, PGA Motors figure largement en tête du classement Top 100 des distributeurs de L’Argus, avec plus de 250 000 véhicules vendus en 2017 (plus de 130 000 VN et plus de 120 000 VO), tandis que le groupe Bernard apparaît sur la troisième marche du podium avec quelque 64 000 véhicules distribués (plus de 35 000 VN et un peu moins de 30 000 VO). En outre, leurs vastes portefeuilles de marques présentent un double avantage, sous l’angle de possibles synergies d’une part, et d’une évidente complémentarité d’autre part. Sur ce dernier point, on songe notamment à l’activité VI du groupe Bernard.

« Cette « alliance » nous permettra, entre autres, d’accélérer la préparation de l’avenir en structurant plus rapidement notre activité dans le digital. Une tâche confiée en particulier à Cédric Bernard, représentant la quatrième génération avec sa sœur Chloé.  C’est le début d’une transmission familiale qui assure ainsi la pérennité du Groupe », se réjouit Jean-Patrice Bernard, quand Hervé Mirales souligne que « cette opération entre deux groupes partageant les mêmes valeurs permettra aux deux partenaires d’accélérer encore leur développement et leur rentabilité pour mieux faire face aux enjeux de transformation de notre secteur ».