Six millions, c’est le nombre de pneumatiques perdus estimés par le Syndicat des professionnels du pneu (SPP) en 2020, passant d’environ 39 millions à 33 millions de pneus écoulés au total en un an. En effet, cette perte se traduit en partie par une chute du marché TC4, soit l’ensemble des enveloppes équipant des véhicules de tourisme, 4 x 4 et camionnettes, de l’ordre de 14,2 % en sell in (ventes des producteurs aux détaillants) et de 14,6 % en sell out (ventes des professionnels aux clients finaux) avec un prix moyen qui n’a guère évolué, soit à 0,6 %. Le pic le plus bas a été atteint en avril, avec une chute vertigineuse de 81 %, tandis que le plus haut a été enregistré en juin, mois de reprise, à + 15,6 %.

À LIRE. Le marché européen du pneu a souffert en 2020

Le pneu toutes saisons a gagné du terrain

En 2020, les marques A sont celles qui ont le plus souffert sur l’année avec les tradebrand puisque les ventes sont tombées respectivement de 20,2 % (avec cependant un prix moyen en augmentation de 1,8 %) et de 21,3 %. Les marques B ont quant à elles baissé de 8,5 %.

Le segment TC4 par saison a évolué de la façon suivante : les ventes de pneus hiver ont été plus touchées, enregistrant – 31,9 % (prix moyen à + 2,1 %), alors que celles des pneus toutes saisons ont augmenté de 5 % (prix moyen à – 2,9 %). Le pneu été a quant à lui chuté de 15,6 % ( prix moyen à + 1 %). Selon le syndicat, le toutes-saisons n’est plus un produit saisonnier en alternative aux pneus hiver, mais davantage aux pneus été aussi.

Concernant les canaux de distribution, les négociants spécialistes et les centres-autos/fast fitters ont tout autant subi la crise sanitaire. Les premiers ont tout de même un peu mieux résisté avec un repli établi à – 14,2 %, quand les seconds ont dépassé les 15 %. Leurs prix moyens sont restés stables, à 0,6 %.

« Nous observons un rééquilibrage entre les distributeurs, alors même que les centres-autos gagnent des parts de marché depuis dix ans. Et, bonne nouvelle, personne n’a choisi ce moment pour entamer une nouvelle guerre des prix. Tous se sont maintenus », a souligné le SPP.

À LIRE. Pneumatiques : le point sur les réseaux en 2020

Les pneus poids lourds ont mieux résisté

Côté poids lourds, les ventes de pneumatiques ont mieux résisté avec un retrait global de « seulement » 4 % de janvier à décembre 2020. Le neuf s’est replié de 2,2 % pour un prix moyen stable à 0,1 %, le rechapé a baissé de 7,7 % et vu son prix moyen régresser de 0,7 %. En termes de volumes, la plus mauvaise période a été pointée en avril (– 52,7 %), quand le meilleur mois fut celui de décembre (+ 11,1 %).