Un pneu usagé peut être revendu et réutilisé, l'affaire est officielle depuis le 20 décembre et la publication de l'arrêté "fixant les critères de sortie du statut de déchet pour les objets et produits chimiques ayant fait l'objet d'une préparation en vue d'une réutilisation".

Ce texte de loi a évidemment été bien accueilli par la société Aliapur, dont la mission est de collecter les pneus usagés auprès des professionnels de l'automobile. Le directeur général, Hervé Domas, tient toutefois à repréciser les règles du jeu afin qu'aucune méprise ne s'installe : "Lorsqu'un professionnel démonte un pneu d'un véhicule, celui-ci devient un déchet qui doit être mis à la benne. Ce pneu doit impérativement être collecté par un collecteur agréé, et ce n'est qu'après des opérations de tri voire de réparation que cette enveloppe redevient un produit qui peut être commercialisé" fait-il savoir à L'argus.

L'année qui s'achève semble d'ailleurs une nouvelle fois faste pour Aliapur. M. Domas indique ainsi que le tonnage de pneumatiques collectés pour l'instant est "très au-dessus" de l'objectif assigné en début d'année : "Le marché du neuf est en assez forte progression, de l'ordre de +5 à +6%. Ce qui signifie, pour nous, une augmentation de pneus démontés du même ordre" continue le directeur, qui s'attend à collecter plus de 375 000 tonnes de pneus cette année, soit environ 18 000 tonnes de plus que prévu.