"Tous les constructeurs sont prêts à augmenter leur participation à la prime à la conversion", y compris ceux qui proposent déjà des offres commerciales y ressemblant, a déclaré Bruno le Maire à des journalistes.

Ils le feraient par "une prime supplémentaire qui serait versée par les constructeurs automobiles eux-mêmes, notamment pour les achats de véhicules électriques et hybrides rechargeables", a-t-il précisé. Le gouvernement envisage parallèlement "l'allongement des dispositifs existants", a assuré le ministre.

La prime à la conversion, qui peut aller jusqu'à 2 500 euros, est présentée par le gouvernement comme un moyen de compenser la hausse de la fiscalité sur les carburants, en particulier le diesel, en aidant les automobilistes à troquer leurs vieux véhicules polluants contre des voitures plus propres.

D'autres réunions seront nécessaires pour parvenir à un plan cohérent. Une décision devrait être prise d'ici la fin novembre 2018, le temps de mesurer l'impact de ces mesures --qualifié d'"important"-- sur les finances publiques et sur les gammes de véhicules automobiles, selon Bruno Le Maire.

Le ministre de l'Ecologie François de Rugy a ajouté que le gouvernement voulait des propositions "chiffrées dans le temps, pour que les Français sachent ce qu'ils pourront faire dans les mois qui viennent sur l'acquisition d'un véhicule neuf ou d'un véhicule d'occasion", ce dernier point étant nouveau.

"Si nous coordonnons nos efforts et s'il y a un affichage commercial (...) en plus de l'effort financier que l'Etat fait, nous aurons de bons résultats", a-t-il souligné.

Les deux ministres avaient notamment invité des représentants de Renault, PSA, Toyota, BMW, Ford, Kia Motors et Mazda.

"Face à l'augmentation des prix du pétrole et des coûts des carburants, la bonne politique est celle qui consiste à accélérer la transition du parc automobile français, et permettre aux ménages (...) d'avoir des véhicules qui consomment moins d'essence, moins de diesel, qui soient moins consommateurs d'énergies fossiles, et qui permettent à la fois de combiner la protection de l'environnement et le souci de préserver le pouvoir d'achat des Français", a souligné Bruno Le Maire.