Afin de calmer l'ire des Gilets Jaunes, l'exécutif a fait le choix d'améliorer les montants destinés à la prime à la conversion. Le Premier ministre en avait fait l'annonce au micro de RTL le 14 novembre dernier.

Deux jours après, l'acte a été joint à la parole. Un amendement au projet de loi de finances 2019 a été adopté à l'Assemblée nationale. Celui-ci prévoit une hausse des autorisations d'engagement et des crédits de paiement de 250 M€ sur le compte "Aides à l'acquisition des véhicules propres".

L'exposé des motifs de l'amendement indique que ces millions permettent "de financer les mesures de compensation de la hausse de la fiscalité du carburant" car "il est prévu de doubler le montant de la prime à la conversion de 2000 à 4000€ pour les ménages appartenant aux deux premiers déciles de revenus. En outre, il est proposé d'étendre le bénéfice de la prime à la conversion à l'ensemble des automobilistes effectuant un trajet domicile-travail supérieur à 60 km aller et retour par jour". Ce sont 150 M€ qui seront consacrés à la hausse de la prime, et 100 M€ pour ceux qui roulent beaucoup chaque jour, selon l'amendement.

Le site Internet officiel "Prime à la conversion" précise en outre qu'une surprime de 5000€ sera accessible, toujours pour les plus modestes, "pour l'achat d'un véhicule électrique ou hybride rechargeable neuf ou d'occasion."

En l'état actuel des débats, l'enveloppe globale destinée à payer les bonus et les primes à la conversion pour 2019 atteint 820 M€. Sachant que le malus devrait rapporter 590 M€ environ cette année, l'Etat devra donc solliciter les finances publiques pour compléter le budget.