L’industrie automobile française va connaître un gros coup dur. D’après les données du cabinet IHS exploitées par Les Echos, seulement 1,71 million de véhicules seront fabriquées en France en 2020 contre 3,66 millions en 2004. Et depuis ce record historique, la fabrication a sensiblement décliné jusqu’en 2018 pour atteindre 2,28 millions d’unités produites. L’enquête évoque ainsi la prévision d’une chute de la production de 22% en France entre 2019 (2,21 millions) et 2020, soit 494 431 véhicules de moins. D’après Les Echos, le niveau devrait ensuite se stabiliser autour de la barre symbolique des 2 millions par an, à compter de l’année suivante.

La faute à qui ?

La source du problème provient de la délocalisation des usines : si les constructeurs se font plutôt rares pour produire dans l’hexagone, les français la désertent aussi ! Par exemple, la nouvelle Peugeot 208 sera produite au Maroc et la future Citroën C3 la rejoindra en 2022, le 3008 partira à Vigo en Espagne, quand la Renault Clio de Flins rejoindra la Slovénie et que l’Opel Grandland X abandonnera l’usine de Sochaux pour l’Allemagne.


A noter que la production des Smart Fortwo et EQ dans l'usine de Hambach, en Moselle, va s'arrêter en 2022. La petite citadine sera ensuite fabriquée en Chine, dans le cadre d'une coentreprise entre Daimler et Geely comme nous l’écrivions en mars 2019.

"Passé le trou d'air de l'année prochaine, la production française devrait remonter un peu - pour se fixer autour de deux millions d'unités. Renault restera vers 600 ou 700 000 unités à l'année. Pour descendre, il faudrait fermer une usine. La baisse chez PSA est assez structurelle, le volume devrait se stabiliser autour du million de véhicules", a rapporté Les Echos selon les dires de Denis Schemoul, analyste du cabinet IHS.