D'autres choix sont-ils possibles ? A l'instar des autres constructeurs, le groupe PSA va faire entrer la fée électricité dans ses moteurs : "DS 7 Crossback E-Tense 4x4 sera le premier véhicule hybride rechargeable disponible en Europe à partir de septembre 2019" a fait savoir le constructeur, tandis que "sept autres véhicules vont progressivement être lancés d'ici 2021" car "chaque modèle proposé par Peugeot, Citroën, DS, Opel et Vauxhall bénéficiera d'une version électrique ou hybride".

L'hybride rechargeable parait aujourd'hui la solution la plus en phase avec les aspirations du grand public comme des pouvoirs publics. En juillet dernier, un rapport réalisé par l'Institut français du pétrole et des énergies nouvelles (Ifpen) pour le compte de l'Ademe jugeait que "même si elle souffre actuellement de son coût d'investissement élevé, l'architecture PHEV pourrait aussi tirer son épingle du jeu grâce à un bilan environnemental très positif (si utilisé correctement avec des recharges régulières) et sa capacité à fonctionner en tout électrique sur plusieurs dizaines de kilomètres". Cette considération s'appliquait aux véhicules de segment C, mais l'Ifpen n'avait pas autre chose à dire concernant le segment supérieur.

En dépit de ses avantages, l'hybride rechargeable peine toujours à s'imposer : 94 999 unités vendues en Europe au premier semestre (+45,9%), 8984 en France au cumul des huit mois écoulés (+53,5%), sachant que la France est le deuxième marché de l'hybriderechargeable sur le Vieux continent, derrière l'Allemagne.
Les véhicules hybrides rechargeables souffrent en effet d'un défaut majeur : leur prix. Sollicité, PSA fait savoir que "les marques communiqueront au moment du Mondial" sur le sujet. Mais une chose est sûre, en revanche. Il n'y aura pas le moindre bonus accordé aux hybrides rechargeables l'an prochain !