Après trois ans d’attente, Thomas Ingenlath, président directeur général de Polestar, présentait aujourd'hui, mercredi 27 février 2019, le modèle Polestar 2, qui prend ensuite la direction du salon de Genève, afin d’inaugurer un road-show en Asie, en Amérique et en Europe. Ce reveal correspond au lancement officiel du modèle et la plateforme de réservation électronique a ouvert aujourd'hui. Les tarifs débuteront à partir de 39900 euros, tandis que l'édition de lancement est proposée à 59900 euros, avec les packages d’options liées aux performances et au luxe. « Dans un premier temps, le modèle est disponible en Chine, au Canada, en Californie et dans six pays européens, Suède, Norvège, Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas et Belgique », précise Thomas Ingenlath. La France fera partie de la deuxième vague, comme nous l’avait révélé Yves Pasquier-Desvignes, président de Volvo France, il y a quelques semaines.

La Tesla 3, à la fois benchmark et cible

Thomas Ingenlath ne cache pas la cible visée par la Polestar 2 : il s’agit du périmètre occupé par la Tesla 3, un territoire premium, mais pas totalement élitiste, car il y a de réels volumes envisageables, ce qui est moins le cas avec le duo Polestar 1 et Tesla S naturellement. « C’est vraiment là que la technologie BEV est totalement pertinente et vous voyez donc que nous n’appliquons pas une politique top-down chez Polestar », souligne Thomas Ingenlath, qui rappelle que la marque veut ouvrir la voie vers la mobilité durable des générations futures. Le modèle sera proposé par le biais d’un abonnement mensuel tout compris, calqué sur le modèle de la téléphonie. Il ne sera pas dénué de réseau, mais il s’agira de showrooms issus du Polestar retail lab, soit des espaces d’exposition et des conseillers commerciaux d’un nouveau genre, proches des « product genius » de BMW. Le premier site verra le jour à Oslo, en Norvège, et Polestar en comptera 60 à l’horizon 2020, notamment à Londres, Munich, Shanghai ou encore Los Angeles. Le nom de Paris n’est pas cité, alors qu’on sait que les négociations ont débuté avec le réseau pour la prise en charge de l’après-vente.

La Polestar 2 met en avant un software qui peut être mis à jour

Pour relever son défi, la Polestar 2 bénéficie d’un style classique très abouti, à l’exécution volumique millimétrée, et fait valoir plusieurs innovations technologiques sur lesquelles nous aurons l’occasion de revenir en détails lors du salon de Genève. Sans prétendre à l’exhaustivité, citons notamment l’environnement Google, notamment son assistant vocal, « qui coupera l’herbe sous le pied aux sketchs moqueurs sur le sujet des assistants qui abondent sur YouTube » dixit Thomas Ingenlath, un système d’éclairage à LED intelligent de dernière génération qui peut fractionner l’émission de la lumière, ou encore un software qui pourra faire l’objet de régulières mises à jour. Cela ne vous rappelle rien ?