Le mois de septembre 2018 a été noir pour l’ensemble des segments du marché automobile en Europe. Celui des véhicules commerciaux, qui arrivait pourtant lancé fort de cinq mois consécutifs de hausse, et moins impacté par le WLTP, a également accusé le coup : -5,1%, à 219 631 immatriculations. L’Allemagne a été épargnée (+1,1%), la France a limité la casse (-1,6%) mais la chute a été brutale en Italie (-17,8%) et en Espagne (-9,6%). Sur neuf mois, le marché affiche une progression de 3,5% par rapport à la même période de l’an passé, à 1,91 million d’unités, portée par l’Espagne (+8,7%), la France (+5,2%) et l’Allemagne (+4%).

Le marché des véhicules utilitaires légers (-3,5t), qui compose le gros des volumes, a été le plus touché avec une baisse de 6,3% en septembre, à 183 299 immatriculations. Les pays d’Europe de l’ouest ont été les plus impactés. Au cumul des neufs mois, il grimpe de 3,4%, à 1 582 819 véhicules. La tendance est bonne en Espagne (+9,5%), en Allemagne (+5,1%) et en France (+4,7%), qui reste de loin le premier marché européen pour les VUL, tandis que le Royaume-Uni (-3%) et l’Italie (-2,7%) accusent le coup.

Le recul a été moins marqué pour le segment des camions de plus de 3,5t en septembre : -0,7%, à 32 521 unités. Cette baisse survient après trois mois consécutifs de hausse. A l’exception du marché français (+7,3%), les autres principaux marchés ont reculé, en particulier l’Espagne (-13,1%). Au cumul, il s’est immatriculé 294 078 camions de plus de 3,5t en Europe, soit une progression de 4,3%. Les principales hausses sont à mettre à l’actif de l’Italie (+10,2%), la Pologne (+11,7%), les Pays-Bas (+11,1%), la France (+8,7%) et l’Espagne (+3,4%).

Enfin, le marché des poids lourds est resté stable par rapport au mois de septembre 2017 (-0,1%), à 26 765 unités. La hausse des marchés français (+7,5%), Polonais (+8,6%) et Italien (+1%) a permis de compenser le repli de l’Espagne (-11,7%) et du Royaume-Uni (-6,8%). Sur neuf mois, il s’est immatriculé 238 545 camions en Europe, soit une progression de 4,5%. L’Italie (+12,2%), la Pologne (+11,9%) et la France (+9,7%) se portent bien. Parmi les principaux marchés, seul le Royaume-Uni accuse une baisse (-7,9%).