Renault a annoncé mardi que son directeur général Thierry Bolloré avait remplacé Carlos Ghosn à la présidence du directoire de Renault Nissan BV (RNBV), la holding néerlandaise supervisant l’alliance entre les deux constructeurs.

Le groupe au losange a précisé que ce changement était conforme aux accords fondateurs de l’alliance Renault-Nissan, et que Carlos Ghosn restait membre du directoire de RNBV et administrateur de Renault. “Renault tient à préciser que M. Ghosn a démissionné de ses mandats de président du conseil d’administration et de directeur général mais qu’à ce jour, il conserve son mandat d’administrateur de Renault SA”, a ajouté le groupe.

Fin janvier, Renault a nommé Jean-Dominique Senard pour lui succéder au poste de président. Chargé pour Renault du pilotage des questions de l’alliance avec Nissan, en collaboration avec Thierry Bolloré, l’actuel président de Michelin (remplacé en mai 2019) s’envolera cette semaine pour le Japon. Le président de Renault se rendra notamment au siège de Nissan, à Yokohama, pour rencontrer le directeur général, Hiroto Saikawa, afin de discuter des moyens de renforcer les liens entre les deux constructeurs après l’éviction de Carlos Ghosn. Et, de mieux connaître son partenaire.

“Le directeur général de Nissan, Hiroto Saikawa, a hâte de faire découvrir à Senard les activités de Nissan et de l’alliance afin d’optimiser leur travail ensemble”, déclare Nissan dans un communiqué. Hiroto Saikawa avait dit auparavant à la presse japonaise qu’il était désireux d’apaiser les relations entre Nissan et Renault, l’alliance ayant été fragilisée par l’affaire Ghosn. “Tout d’abord, nous devons restaurer la confiance et stabiliser la relation”, a-t-il déclaré, cité par le quotidien Nikkei. “Nous voulons l’informer davantage sur l’équipe (de direction) de Nissan.”

Selon l’agence de presse de Kyodo News, Jean-Dominique Senard effectuera une visite de deux jours au Japon à compter du 14 février.“J’ai une longue mission qui m’est destinée de rétablissement de confiance, de transparence, de loyauté”, a-t-il dit à des journalistes en marge de sa dernière présentation des résultats annuels de Michelin, dont il cédera la présidence en mai prochain. “J’y vais avec beaucoup de détermination et je dois dire que les signaux qui sont revenus du Japon depuis ma nomination ont été extrêmement encourageants.”