La presse ivoirienne en est persuadée : "Fabrice Cambolive a indiqué au terme d'une audience que lui a accordée le Premier ministre Amadou Gan Coulibaly, que le constructeur français envisage l'installation d'une unité d'assemblage de véhicules en Côte d'Ivoire" a t-elle fait savoir le 31 janvier dernier. Seul souci, la presse ghanéenne en dit autant : "Renault envisage d'établir une usine au Ghana" a par exemple annoncé l'agence GNA deux jours avant la visite de M. Cambolive en Côte d'Ivoire...

Le directeur des opérations de Renault en Afrique a en réalité réalisé une tournée des pays d'Afrique susceptibles d'accueillir une usine. Mais à ce stade, Renault précise que rien n'est signé avec aucun pays en particulier.

Il n'en demeure pas moins que l'Afrique semble attrayante aux yeux du constructeur. La direction marocaine de Renault a très récemment fait savoir que les deux usines du pays n'avaient jamais autant produit, et surtout qu'elles avaient exporté, en 2018, "90% de la production vers 74 pays".

Les chiffres de vente de véhicules neufs en Afrique subsaharienne restent pourtant très contenus. Le groupe Renault a revendiqué 3115 véhicules neufs vendus en 2018 dans la zone "Afrique francophone", soit -4,5%. Un résultat à comparer aux 26 004 VN diffusés en Afrique du Sud et en Namibie, ou aux plus de 70 000 VN absorbés à la fois par le Maroc et l'Algérie.