Le groupe Renault a présenté le 5 novembre 2021 les contours de son projet de Refactory au sein de l’usine espagnole de Séville. Dans le prolongement du programme mis en œuvre à Flins, dévoilé en novembre 2020, cette Refactory regroupera pour l’Espagne « des activités d’économie circulaire fondées sur le potentiel de valeur du véhicule à chaque étape de son cycle de vie ». Comme à Flins, le site sévillan s'articulera autour de quatre pôles d’activités, depuis la maintenance jusqu’au recyclage afin d’accompagner toute la vie du véhicule :


  • Re-Trofit : le reconditionnement de véhicules d’occasion.
  • Re-Energy : la réparation et le développement d’applications en seconde vie des batteries pour le stockage d’énergie.
  • Re-Cycle : pour le recyclage, la gestion des ressources, la fabrication des boîtes de vitesses E-TECH.
  • Re-Start : un centre de formation et de R&D consacré à l’économie circulaire.

« Ce projet illustre les ambitions fortes du groupe en matière de qualité et de durabilité de ses produits pour répondre aux défis de la transition écologique et aux enjeux d’une consommation plus durable, affirme José Vicente de los Mozos, directeur industrie Renault Group. Grâce à leur compétitivité, nos sites de Flins et Séville démontrent aujourd’hui leur capacité à inventer un nouveau modèle d’industrie profitable au service d’une mobilité plus durable ».

À LIRE. La Factory VO marque le renouveau de l'usine Renault de Flins

Plus de 10 000 véhicules d’occasion reconditionnés

Déployée entre 2022 et 2024, la Refactory de Séville s’étendra sur une surface bâtie de 5 000 m2 au terme du projet. Comme en France, c'est le pôle Re-Trofit qui sera le premier à démarrer ses activités, fin 2022. Celui-ci aura la capacité de reconditionner plus de 10 000 véhicules et de réparer jusqu'à 1 000 batteries par an d'ici 2025. Le groupe français souligne que cette annonce s’inscrit dans le cadre du plan industriel pour les usines espagnoles du groupe, présenté en mars dernier pour la période 2021-2024. Ce plan comprend l'attribution de cinq nouveaux véhicules, d'une nouvelle famille de moteurs pour les usines de Castilla y León. Le site de Séville se voit confier la fabrication de deux nouveaux modèles de boîtes de vitesses électrifiées pour les véhicules hybrides du groupe.

L'usine sévillane fabrique des boîtes de vitesses depuis plus de 60 ans pour des modèles Renault, Dacia, Nissan, Lada et Daimler. Aujourd'hui, elle assure 33 % des besoins de Renault Group et exporte 80 % de sa production vers plusieurs usines de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi dans le monde. En 2020, le site avait fabriqué 590 205 unités boîtes de vitesse (source Renault).

À LIRE. Pénurie de puces. Les usines Renault à l'arrêt en Espagne