La CGT de Renault n'y est pas allée par quatre chemins : "Pour 2018, les résultats financiers de RRG (Renault retail group) sont a priori catastrophiques (...) M. Bolloré dit avoir découvert la situation. Les surstocks, non demandés selon lui par la direction générale, expliqueraient en partie la situation financière de RRG" a fait savoir le syndicat.

RRG, la filiale de distribution de Renault en France et dans le monde, a pourtant de grandes ambitions : "Renault retail group (...) a pour raison d'être, à l'égard du constructeur, d'être supérieur au réseau privé en termes à la fois de performance commerciale, de satisfaction clients et de représentativité de la marque sur ses différents sites tout en atteignant un niveau de profitabilité permettant d'assurer les besoin en investissement nécessaires à l'entreprise" explique ainsi dans son préambule l'accord d'intéressement 2017-2019 du personnel de RRG.

Mais selon Stéphane Rivière, coordinateur des services de l'automobile au sein de la CFE-CGC et lui-même salarié de RRG, "le réseau est solide, mais on a voulu lui faire faire des choses qu'il n'est pas capable de faire. On a modifié l'organisation et cela ne fonctionne pas" explique-t-il. Conséquence, le résultat financier 2018 ressemble à "un trou abyssal" de son aveu : "RRG perd de l'argent parce qu'elle applique la politique de Renault à 100%" reprend le coordinateur, qui parle notamment d'un "problème d'objectifs fixés par le constructeur" en matière de volumes à écouler.

RRG étant une filiale de Renault, l'emploi n'apparait pas forcément menacé dans l'immédiat. Mais avec des résultats financiers calamiteux, Stéphane Rivière se pose les questions suivantes : "Quid de l'intéressement ? Quid de la part variable des cadres ?"
Une prochaine réunion devrait répondre à ces interrogations, d'autant plus que la CFE-CGC avoue soutenir le nouveau PDG de RRG récemment nommé.

La direction de Renault n'a pas souhaité commenter ces informations. Le document de référence de Renault pour l'année 2017 faisait observer que "à la fin 2017, RRG est, pour la 2e année consécutive, rentable."