Depuis l’émergence de la pandémie de Covid-19, les réparateurs automobiles doivent suivre un protocole strict pour décontaminer chaque véhicule pris en charge dans leur atelier. Alors que l’activité des garages a reculé de 8 % en 2020, ces opérations supplémentaires entraînent un surcoût substantiel. C’est pour cette raison que le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA) avait négocié avec la Fédération française de l’assurance (FFA) une participation aux frais de décontamination des véhicules réparés.
Après une courte période, au quatrième trimestre 2020, de réduction, voire de rupture pour certains assureurs, des indemnisations de ces charges de décontamination, le CNPA avait obtenu une instruction de la FFA auprès de tous les assureurs automobiles pour qu’ils remboursent ces frais jusqu’à mi-février 2021. Face à l’émergence des différents variants qui prolongent l’épidémie de Covid-19, le CNPA vient d’obtenir une prolongation de ces mesures jusqu’au 30 avril.


À LIRE. Confinement : le protocole sanitaire en entreprise actualisé
 

Un « forfait décontamination Covid » à négocier avec son assureur

Une nouvelle instruction émanant de la FFA a ainsi été envoyée aux assureurs automobiles pour qu’ils puissent aider les réparateurs à assumer financièrement ces prestations obligatoires destinées à protéger les salariés et les clients, prévues par le protocole sanitaire mis en place par le Gouvernement et par les préconisations établies par le groupe IRP-Auto dans son guide.
Signalons toutefois que le montant de cette participation est laissé à l’appréciation des assureurs adhérents de la FFA, puisque le CNPA n’est pas habilité à discuter les prix pour ses membres. Le syndicat professionnel rappelle toutefois qu’un tarif homogène a été constaté ces derniers mois, via un « forfait décontamination Covid ». Il invite également les réparateurs, qu’ils soient agréés ou non, à négocier les tarifs proposés par leur assureur.