L’année 2018 aurait pu être celle de la gloire pour Hyundai, avec un volume de véhicules vendus de 4 589 199 unités, en hausse de 1,8%. Une croissance attribuée « à l’Europe, à la Russie, au Brésil » par le groupe Hyundai.
Sur le Vieux Continent, le groupe a effectivement vendu 4,2% de véhicules de plus en 2018, avec 1 037 596 immatriculations réparties entre les marques Hyundai et Kia. La progression a même été encore plus franche en France : +16,5% pour 77 855 ventes avec 42 313 Kia et 35 542 Hyundai neuves distribuées.

Malgré la vigueur européenne, la part des ventes à l’export du groupe Hyundai a baissé : 84,3%, soit -0,4 point, alors que celle réalisée en Corée du Sud a augmenté.

Mais en dépit d'un niveau de ventes élevé, les finances n’ont pas suivi : le profit net a «glissé» de 63,8% selon Hyundai, en raison «de taux de change défavorables, de résultats poussifs de compagnies affiliées et d’une faible demande globale d’automobiles».