Ventes en hausse, résultats financiers à l'avenant, le groupe PSA se porte bien : "L'amélioration de la performance de l'activité automobile PCD (Peugeot, Citroën, DS) provient essentiellement d'un effet mix produit très positif pour +377 millions d'euros ainsi que de la réduction des coûts de production et des coûts fixes pour +281 millions d'euros et de l'amélioration des parts de marché et du mix pays (+77 millions d'euros)" indique le rapport financier semestriel du constructeur.

La division automobile (hors Opel) a ainsi permis de dégager une marge opérationnelle record de 8,5%, contre 7,3% à pareille époque l'an dernier. Celle d'Opel n'a pas été en reste ; 5% de marge opérationnelle : "Le résultat opérationnel courant d’Opel Vauxhall représente 502 M€ de profit au 1er semestre 2018" note PSA. Globalement, la rentabilité opérationnelle du groupe est de 7,8%.
Sachant que le résultat opérationnel de Faurecia s'est révélé en hausse de 10,1% à 642 M€ et celui de banque PSA finance de 63,5% (510 M€), le "résultat net, part du groupe" s'est fixé à 1,48 milliard d'euros, "en hausse de 226 M€ par rapport à 1er semestre 2017" d'après PSA.

Le groupe français a aussi divulgué comme à l'accoutumée l'état de ses stocks. Ce sont 412 000 véhicules neufs qui patientent chez les concessionnaires PCD ou au sein des usines, contre 374 000 l'an dernier. Pour Opel / Vauxhall, le stock est de 216 000 autos...

L'avenir ne parait pas sombre aux yeux du constructeur français, mais ses prévisions demeurent très raisonnables : "En 2018, le groupe prévoit un marché automobile stable en Europe, en hausse de 4% en Amérique latine, de 10% en Russie et de 2% en Chine" explique PSA. Sachant que 76,7% des ventes sont réalisées en Europe, PSA espère sans doute que le marché fera mieux qu'attendu par ses analystes.

Il faut dire aussi que le Royaume-Uni, deuxième marché du véhicule neuf en Europe après l'Allemagne, est désormais source de tracas : "L'impact à long terme d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne dépendra des conditions de sortie et de ses conséquences, non connues à ce jour" observe le rapport financier, "la variation brute de 1 point de la livre sterling par rapport à l'euro à un impact de l'ordre de 45 millions d'euros sur le résultat opérationnel courant". Et de noter qu'au premier semestre, 222 000 véhicules ont été distribués du côté de la couronne britannique.