Comme l'a fait savoir Linda Jackson, la directrice de la marque Citroën dans le monde, "il faut trouver le bon équilibre entre volumes et rentabilité". En apparence, PSA aurait fait le choix de privilégier le premier item en 2018 : 3 877 765 véhicules particuliers et utilitaires vendus dans le monde, un chiffre record pour le constructeur, en hausse de 6,7% sur un an. Mais à y regarder de plus près, les "ventes rentables" chères au président du directoire Carlos Tavares ont en réalité été favorisées : toujours au niveau mondial, Citroën et DS ont stagné (respectivement -0,9% et +0,7%) tandis que le nombre de Peugeot vendues s'est largement contracté : -17,9%, avec 1 740 214 voitures au lion cédées en 2018, contre 2 119 845 en 2017. Si l'on ne prend pas en compte Opel-Vauxhall dans le volume global de PSA, les ventes ont été en recul de 12% en 2018.

Le salut, ou du moins les immatriculations, sont donc venues de la marque à l'éclair : +157% en 2018, avec un passage de 403 933 ventes à 1 038 057. A quelques unités près, cette croissance est à mettre sur le compte du continent européen, où PSA a quasiment triplé le volume d'Opel distribuées.
Un continent qui demeure archi-vital pour le groupe PSA : "C'est la région de la nouvelle stratégie. Maintenant que notre positionnement y fonctionne bien, il faut l'introduire dans le monde entier" explique encore Linda Jakson. Seule l'Europe a vu toutes les marques progresser en 2018 (+30,5%, +4,9% hors Opel) tandis qu'ailleurs, PSA a subi soit les aléas de la géopolitique, soit les vicissitudes des marchés de l'automobile.

En Chine et Asie du Sud-Est tout d'abord : -32,2% de ventes (262 583 immatriculations), avec un recul de 42,3% pour Peugeot, de 13,2% pour Citroën, de 33,6% pour DS... La Chine est un vrai problème pour PSA : "Le marché y a reculé de 10%, c'est la première fois" continue d'analyser Linda Jackson, "plus de 150 marques sont présentes... Nous essayons à l'heure actuelle de travailler sur la productivité et d'améliorer la compétitivité" explique encore la Britannique.

Mais outre la Chine, deux autres continents n'ont pas apporté grande satisfaction à PSA, pour des motifs variés. Dans la région Moyen-Orient-Afrique, l'arrêt de vente en Iran et le ralentissement du marché turc ont négativement pesé dans la balance : -52,8% d'immatriculations pour le groupe.
L'Amérique latine non plus n'a pas été à la hauteur des attentes de PSA : -15% de ventes, car, toujours selon Mme Jackson, le marché argentin s'est révélé capricieux : "Mais nous avons enregistré une hausse au Brésil, au Chili, en Colombie" détaille-t-elle encore pour ce qui est de la marque Citroën.

Parmi les 3,8 millions de véhicules distribués, 564 147 ont été des VUL en 2018 (+18,3%). Il s'agit aussi d'un chiffre record pour PSA.