Le chiffre d’affaires net de Volvo Cars s’est établi à 5,47 milliards d’euros au troisième trimestre 2018, soit une progression de 17,6% par rapport à la même période de l’an passé. Son résultat d’exploitation s’est en revanche contracté de 50,5%, à 174,7 millions d’euros. La marge EBIT de Volvo a également reculé, passant de 7,6% au troisième trimestre 2017 à 3,2% en 2018. « Par rapport à l’an dernier, la rentabilité a été influencée par le coût des lancements de produits, la hausse des tarifs douaniers et l’effet des ventes de licences. Sur l’ensemble de l’année, nous prévoyons des ventes record et un bénéfice toujours solide », souligne Volvo.

Sur la période, la marque a commercialisé 154 914 voitures dans le monde, un volume en progression de 14%. En Europe, son premier marché mondial, elle a enregistré une croissance de 8,3% (69 318 véhicules), soutenue par le Royaume-Uni (+17,7%) et l’Allemagne (+16%). Volvo Cars a surtout surfé sur solides performances en Chine (+14,1%, 34 712 unités) et aux Etats-Unis (+15,1%, 26 307).

Sur neuf mois en 2018, la marque suédoise a engrangé un chiffre d’affaires net de 17,3 milliards d’euros, en hausse de 21,7% par rapport à la même période l’an passé. Son résultat d’exploitation s’établit à 925,31 millions d’euros (-8,3%) et sa marge EBIT à 5,4% (contre 7,1% en 2017). Ses ventes mondiales s’élèvent à 472 467 unités sur neuf mois, soit une progression de 14,2%. Volvo enregistre sa plus forte progression aux Etats-Unis (+29,8%, 73 929 unités) et en Chine (+16,8%, 82 341). La marque surfe sur son SUV XC40, qui a représenté près de 50 000 unités sur neuf mois. Le XC60 constitue son best-seller au niveau mondial (137 000 unités) suivi par le XC90 (70 329).