« Qui c’est les plus forts évidemment c’est les Verts. » Cette célèbre maxime, la direction de SAM Outillage aimerait bien l’appliquer à elle-même. L’entreprise née en 1921 et implantée à Saint-Etienne entend bien, d’ici quelques années, s’imposer comme le leader sur le marché français de l’outillage à main. Les deux arrières petits-fils du fondateur de SAM, François Blanc, Frédéric Champavère, président de la société et Oliver Blanc, directeur général affichent clairement leur ambition !
 
La stratégie du "Made in France"
 
 A la tête de l’entreprise depuis 2011, les deux hommes appliquent le plan « Cap 100 » mis en place lors de leur prise de fonction. Un programme bâti autour de « 5P (ndlr : Produits, Personnel, Processus, Présence et Performance) comme cinq piliers » explique Frédéric Champavère. Oliver Blanc va lui plus loin et parle même « d’une fusée à plusieurs étages. » Et pour se faire, les dirigeants de SAM Outillage sont partis d’un principe simple : « privilégier le Made in France » explique Olivier Blanc. C’est ainsi qu’aujourd’hui, 60% des 9 000 produits vendus par la société sont fabriqués dans l’Hexagone (dont 40% à Saint-Etienne), le reste étant produit à 20% en Allemagne, Espagne et Italie et les 20% restant à Taïwan.
 
 
Croissance externe
 
Deuxième axe de développement mis en avant par les dirigeants de SAM : la croissance extérieure.  En effet, dès 2011, le groupe a finalisé le rachat de PTS, spécialiste de l’outillage pneumatique pour la maintenance auto. Une acquisition qui permet à SAM de passer de 10% de chiffre d’affaires en 2002 dans le secteur automobile à 25 % l’an dernier. Deuxième rachat : RODAC, une société néerlandaise également implantée sur le marché de l’outillage et des équipements pneumatiques. « C’était une formidable opportunité pour nous de grandir dans le monde du produit pneumatique mais également un accès fabuleux au marché allemand, l’entreprise possédant une filiale dans le pays, » explique Olivier Blanc.
 
Face à la transition du marché des outils « traditionnels » vers de nouvelles familles d’outils (rangement, sécurité par exemple), SAM rachète fin 2012 Sova2I (spécialisée dans le stockage et le rangement). Une acquisition « fondamentale » pour la société dixit Olivier Blanc et qui a entraîné dans la foulée « le rapatriement de 7 lignes de fabrication en France ».
 
R&D et outils intelligents
 
 Dernier étage de la fusée, « le plus criant » pour Olivier Blanc. La création « d’un vrai département Recherche et Développement (R&D). » Un investissement dans ce domaine à hauteur de plus de 5% du CA (39 millions d’euros en 2012), qui permet à SAM Outillage de déposer depuis le mois de décembre deux brevets par mois. Dernier exemple de cette mise en avant de la R&D : la sortie à la rentrée prochaine du PEA (Puissance Energie Autonomie). Développé avec Rodac et PTS, cet outil composé d’une cartouche d’air comprimé à haute pression, d’un détendeur et d’un flexible permet d’alimenter l’outillage pneumatique. « C’est une solution unique, globale et mobile à destination de corps de métier différents dans des situations différentes, » détaille Sébastien Bonhomme, responsable de la Business Unit Automobile. Autre axe de développement, les outils intelligents. Et dans ce domaine, SAM Outillage présentera lors d’Equip Auto, son RFID (Radio Frequency Identification). Un outil de géolocalisation et d’inventaire grâce à des puces qui pourrait bien intéresser plus d’un réparateur automobile souvent démuni face à la démarque.