La marque espagnole Seat, propriété du groupe Volkswagen, a réalisé sa plus belle année en 2018 : 517 600 voitures neuves vendues, +10,5% par rapport à 2017. Les ventes ont été à un niveau record dans plusieurs pays, selon le constructeur : Allemagne, Grande-Bretagne, Autriche, Suisse, Israël et Maroc ont été des nations qui ont fait preuve d'une belle appétence pour les modèles espagnols.

Le succès rencontré est avant tout celui des produits : l'arrivée de l'Arona a bien sûr eu un effet turbo sur les immatriculations (98 900 petits SUV distribuées), mais Seat signale qu'il ne s'agit, pour l'instant, que de sa troisième meilleure vente derrière la Leon (158 300 immatriculations) et l'Ibiza (136 100).
Le président de Seat, Luca de Meo, s'est ainsi satisfait "du succès de notre stratégie et de l'offensive produits dévoilée en 2016". La récente marque sportive de Seat, Cupra, a elle aussi donné le sourire aux dirigeants de Seat, puisqu'elle a permis de vendre 14 300 voitures pour sa première année. Seat précise à toutes fins utiles que ces unités sont comptabilisées dans le résultat global...

La marque espagnole signale en outre que le chiffre de progression vu sur le marché français (+31,3%, avec prise en compte des VU) a été l'un des plus forts observé en 2018.
Si l'on ne comptabilise que les VP, la tendance est légèrement en deçà : +26,3% pour 31 221 véhicules vendus, un résultat de bon niveau, surtout compte-tenu du marasme qu'à créé le WLTP pour l'ensemble des marques du groupe Volkswagen. La part de marché de Seat France a été de 1,4% l'an passé, en hausse de 0,2 point.

Seat a toutefois connu des heures bien plus glorieuses en France par le passé. En 1990, Seat y avait vendu 48 052 véhicules neufs, pour une part de marché de 2% : 35 560 Ibiza, 8168 Marbella et 4324 Malaga, des engins qui dérivaient respectivement des Fiat Ritmo, Panda et Regata.