Seat commence donc à assembler des Arona et des Leon dans l’usine de Relizane, inaugurée il y a un an et située à 280 kilomètres d’Alger. Le site appartient au groupe Volkswagen et à son importateur historique en Algérie, Sovac.

« Afin de renforcer notre stratégie de globalisation, il est essentiel que nous puissions assembler des véhicules hors d’Europe. L’Algérie représente une première étape dans cette direction et nous ouvre les marchés d’Afrique du nord, sur lesquels nous avons le lead pour le développement du groupe. Avec l’Arona et la Leon, nous étoffons significativement notre offre », souligne Wayne Griffiths, vice-président ventes et marketing de la marque, qui rappelle qu’au cours du premier semestre 2018, Seat a vendu 11 400 véhicules en Algérie, un volume qui est loin d’être négligeable.

Dans cette optique de mondialisation des opérations de la marque, Luca de Meo, président de Seat, avait annoncé la semaine passée la signature d’un accord avec JAC Volkswagen, ouvrant ainsi à la marque les portes du plus grand marché du globe.

Au premier semestre, Seat a enregistré un résultat record avec 289 900 immatriculations dans le monde, soit une croissance de 17,6% par rapport à la même période de référence 2017. Ce dynamisme se traduit dans l’usine espagnole de Martorell qui a produit 283 312 véhicules durant les six premiers mois de l’année (+20,6% / 1er S 2017), ce qui correspond à un taux d’utilisation de 95% (2 300 véhicules par jour). La deuxième partie de l’année est d’ailleurs aussi prometteuse car avec le remplacement du Q3 par la nouvelle A1 sur la ligne 3, l’usine de Martorell devrait atteindre sa capacité maximale.