Après une première tentative infructueuse, Seat prépare son retour en Chine, ce qui passera par son intégration dans la coentreprise entre Volkswagen Group China et JAC Motors. Plus précisément, Seat va devenir l’actionnaire de référence de la coentreprise et pilotera le projet sur le véhicule électrique.

A l’issue de la signature de l’accord, à Berlin, en présence du président de Volkswagen Group China, Jochem Heizmann, du président de JAC, An Jin, de la chancelière allemande Angela Merkel et du premier ministre chinois, Luca de Meo, président de Seat, n'a pas caché son ambition : « Notre participation dans cette nouvelle phase de l'entreprise en coparticipation est une étape décisive pour Seat. Aujourd'hui est un grand jour dans l'histoire de l'entreprise, car nous entrons dans une nouvelle ère qui nous permettra de mondialiser la marque et d'encourager le développement des véhicules électriques. La Chine offre de nombreuses opportunités pour Seat et nous allons contribuer aux solutions de mobilité pour répondre aux besoins des clients. C'est également pour nous une occasion d'apprendre davantage sur les tendances d'avenir qui se développent en Chine ».

Au-delà de la commercialisation de la marque sur le marché chinois, l’opération comprend un important volet de R&D, ce qui passera par un nouveau centre dédié, le projet de véhicule 100% électrique basé sur une nouvelle plateforme, sans oublier les programmes relatifs à la connectivité et à l’autonomisation des véhicules. Après l’accès aux SUV, qui permet à la marque de connaître un vif essor sur ses marchés européens traditionnels, cette décision confirme que Seat prend de l’importance au sein du groupe Volkswagen (développement en Afrique du Nord, pilotage des projets sur les gaz naturel et biogaz, etc.).