Jeune, très jeune (23 ans), Noémie Morvan assure avec un large sourire la poignée de mains chez Distinxion, dans la banlieue de Nantes. Depuis le brusque décès de son père Xavier le 23 juillet 2015, elle mène de front les affaires familiales : présidente de Saint- Herblain Automobiles (SHA) et du premier réseau de ventes de VO récents, Distinxion, en binôme avec sa maman, Louise, directrice générale.

Une rapide passation

« Ma mère l’a décidé ainsi. Nous sommes un vrai tandem. La gestion de la succession a été compliquée. Heureusement qu’elle était là, je n’y serais pas parvenue sans elle.» Pour Noémie, un an après la disparition de son père, il n’aurait pas été possible de parler de « tout ça ». Aujourd’hui, elle est prête. La passation a dû se faire vite, car l’entreprise ne pouvait rester sans dirigeant. Avec sa mère, elles ont donc repris le flambeau sans vraiment savoir si elles allaient le garder.

« Outre le fait de perpétuer l’héritage et le travail de mon père, ma décision de rester a été prise par révolte, parce que l’avocat ne s’est posé, lui, aucune question, il nous imposait la vente 24 heures  après le décès. Il ne croyait pas du tout en nous. »

Certes, Noémie ne se voyait pas forcément travailler dans l’entreprise tout de suite, mais c’était un objectif à terme. « La question de vendre s’est rapidement éteinte.» Mais avant de raconter son intégration dans l’entreprise, porter un regard sur l’histoire des Morvan est nécessaire pour comprendre d’où viennent son caractère et sa vitalité.

ancienne concession saint herblain fiat lada 1982
1982. Xavier Morvan intègre la concession Fiat-Lada de son père Pierre, à Saint-Herblain

En 1982, après avoir été pendant vingt ans concessionnaire Opel à Saint-Nazaire, Pierre Morvan, le grand-père de Noémie, crée Saint-Herblain Automobiles, concession Fiat-Lada, dans la ville du même nom, en Loire-Atlantique. Son fils Xavier, âgé de 20 ans, contribue alors au développement de la société à sa manière, avec le VO. En réponse à une forte demande des professionnels, il décide même de créer en 1988 une activité de vente aux marchands et ouvre un premier centre. Un service complet dédié aux pros se met en place : préparation VO, livraisons, promotions, etc. Un deuxième ouvre à Bordeaux en 1997, puis un troisième en 2004 près de Lyon, avant un quatrième en 2005 en région parisienne.

« Mon père a acheté un de ses premiers lots la veille de la déclaration de la guerre du Golfe en 1990. Il a eu très peur, il pensait que l’économie allait s’effondrer et qu’il ne pourrait pas revendre ses 300 voitures. Et il avait agi contre la décision de son père. Mais tout s’est très bien terminé. De là est né son don de la “négo”.» 

En dix ans, cent adhérents

réseau distinxion
L'idée d'un réseau Distinxion avait été évoquée en 1999

Ce métier le révèle et le fils Morvan voit plus grand encore. Le 21 mars 2003, une filiale nommée Distinxion voit le jour. Il s’agit du premier réseau en France à proposer un stock national de véhicules d’occasion de 0 à 30 000 km garantis sur douze mois (100 points de contrôle). « Mon père voulait fédérer des marchands indépendants autour d’une marque, gagner en puissance pour les conditions d’achat et la représentation.» Dès le début, cinq distributeurs prennent part à l’aventure. Dix ans plus tard, Distinxion fête son centième adhérent. Aujourd’hui, ils sont 120 souscripteurs de la licence de marque dans toute la France. Le sens de la fête, du challenge et de la cohésion composent toujours l’ADN de l’entreprise familiale. « Grâce à ce qu’a instauré mon père, nous vibrons au quotidien, nous vivons au projet et à l’entraide. Celui qui entre dans l’entreprise fait partie d’une famille. On ne s’ennuie jamais », affirme Noémie. Mais la présidente a dû se battre pour en arriver là, car lors de son intégration, tout n’a pas été facile. Elle terminait à peine son stage dans l’entreprise quand son père est décédé et, bien sûr, n’était pas préparée à prendre la présidence si tôt et si soudainement. « Les plus anciens salariés m’ont vue en couche-culotte et je suis devenue leur patronne... Forcément, il y avait beaucoup de gens qui étaient réticents à mon arrivée, certains sont même partis du groupe. Mon père fonctionnait à l’affect, j’ai décidé d’avancer et de remettre un peu d’ordre pendant cet épisode et d’évincer les rivalités. »

« Rouge comme une pivoine »

stand Distinxion mondial de l
Au Mondial de l'auto, Noémie Morvan (3e à gauche), présidente de SHA et Distinxion, entourée de son équipe

Noémie s’est affirmée en tant que dirigeante. Comme son père, elle aussi a acheté son premier lot de 147 voitures en cachette en mars 2016. Elle était, se souvient-elle, « rouge comme une pivoine » devant sa mère le jour J. Elle gère désormais les achats et le commerce aux marchands, sa maman lui faisant entièrement confiance. « C’est très important pour moi d’avoir le soutien de ma mère et de mes équipes, qui sont vraiment compétentes et autonomes. » Sans cette confiance mutuelle, la jeune femme ne se serait peut-être pas retrouvée, avec ses collaborateurs (Distinxion), au pavillon 1 du parc des expositions lors du Mondial, pour une quatrième participation après huit ans d’absence, avec le consentement de tout le monde. Une opportunité saisie trois semaines avant l’ouverture au public. Ce pari un peu fou illustre parfaitement l’état d’esprit de l’entreprise aujourd’hui: se surpasser. « Nous sommes sur une bonne lancée depuis un an, nous avons repris tous nos projets comme les académies, le travail de la notoriété, l’animation du réseau… Nous voulons nous développer davantage, mais surtout montrer que nous sommes encore bel et bien là