« Starterre fête ses 25 ans. À cette occasion, fidèles à notre ADN, nous avons décidé de distribuer une prime globale de 1,6 M€ aux salariés. Cela peut-il constituer le sujet d’un article ? » Ce texte signé Christian Fernandez, directeur général de Starterre, société spécialisée dans la vente de VO aux marchands et aux particuliers, nous fut adressé le 28 septembre 2017. Nous avons dans la foulée écrit un article retraçant les 25 ans de la société, mais sans prendre le temps de sortir la calculette pour faire la division qui s’imposait  : 1 600 000/103 (le nombre de collaborateurs à l’époque). Serait alors apparu un montant moyen de 15 534 €, qui, forcément, interpelle. Distribuée sur la base de l’ancienneté, cette prime exceptionnelle a culminé pour les salariés les plus fidèles à... 35 000 €. 

« Retentissement national »

Une telle générosité n’est pas passée inaperçue longtemps. La belle histoire a commencé à circuler dans les journaux locaux, vite suivis par les médias régionaux ou nationaux.

« Nous imaginions que cette annonce pourrait susciter un écho localement, mais nous n’avions pas anticipé un tel retentissement national, confie Olivier Grange, vice-président de la société. Le sujet a été repris par l’AFP et le lendemain, nous étions sollicités par toutes les chaînes de télévision. Des articles de presse ont même paru dans d’autres pays, au Portugal par exemple.»

Cette exposition exceptionnelle tranche avec la discrétion qui caractérise habituellement l’équipe de direction. Elle traduit, en revanche, cette volonté de marquer les esprits, qui accompagne depuis le début le développement de la société lyonnaise. « À l’image du 4 x 4 sur le rocher », évoque le dirigeant, en référence au véhicule en position d’escalade d’un rocher, dans un décor un peu exotique, au sein du premier point de vente, avenue Berthelot, dans le 7e arrondissement de Lyon, fondé en 1992 par Jean-Louis Brissaud. En 2004, la société indépendante va gagner en visibilité, en investissant dans un nouveau bâtiment, toujours avenue Berthelot, qui s’articule sur quatre étages (4 600 m2 dans le centre de Lyon). Mais c’est surtout en 2012 que Starterre va marquer les esprits, cette fois en déménageant son point de vente à Saint-Fons, en banlieue lyonnaise, sur un parc de 30 000 m2. Un site immanquable pour les automobilistes du périphérique sud, dans lequel se sont rendues en 2017 les caméras de TF1, France 2, M6 ou encore BFM TV. « Mais le sujet a été vite refermé. Aujourd’hui, nous sommes retournés dans notre coquille en termes de notoriété », confie Olivier Grange.

starterre isuzu
Le négociant représente également la marque Isuzu depuis 2004.
starterre camping-car
Et s'est spécialisé en 2012dans la vente de camping-cars et véhicules équestres.

25 000 voitures vendues

Les projecteurs se sont éteints, mais la générosité perdure. « Nous avions marqué le coup pour les 25 ans, en apportant une notion d’ancienneté, mais tous les ans, la société redistribue aux salariés une partie des résultats de façon égale, quel que soit le poste de travail », indique le dirigeant. En 2018, la prime s’est élevée à 6 500€. Il faut dire que l’exercice a été probant : 25 000 voitures vendues, soit une croissance de 40%, et 430 M€ de chiffre d’affaires. La médiatisation de 2017 a-t-elle contribué aux solides résultats de la société ? Olivier Grange répond par l’affirmative : « Dans les deux ou trois mois qui ont suivi, les répercussions sur notre activité ont été très fortes. Nous continuons encore d’en récolter les fruits, car certains de nos clients, qu’ils soient particuliers ou marchands, partagent nos valeurs. » Des valeurs au service de la performance. Starterre récompense ses collaborateurs, mais continue en parallèle de d’investir.

« Nous venons de concrétiser deux années de forte croissance, qui nous obligent aujourd’hui à restructurer l’entreprise, dans les process, les ressources humaines, les zones de stockage...», indique Olivier Grange.

Annexe et nouveaux entrepôts

Olivier Grange, vice-président de Starterre.
Olivier Grange, vice-président de Starterre.

Ainsi, les moyens consacrés aux projets informatiques seront rapidement doublés, voire triplés. Une vingtaine de personnes travaillent aujourd’hui au développement ou à l’optimisation d’outils de service destinés, le plus souvent, aux marchands, qui représentent près de 80% de l’activité. En mai 2019, l’entreprise ouvrira à Chambéry une annexe de 7 500 m2, qui proposera un stock de 200 véhicules. Celle-ci remplacera l’enseigne Chambéry Motors, créée en 2005, qui a commercialisé 1 500 véhicules l’an passé : « Nous ambitionnons de tripler assez rapidement ce chiffre, compte tenu de la visibilité du site. » Au deuxième trimestre, à Saint-Fons, Starterre finalisera le rachat d’entrepôts situés à proximité de son établissement principal. Les 4 000 m2 récupérés permettront d’implanter un atelier et un second showroom pour la vente. À terme, l’atelier actuel sera fermé et laissera place à un nouveau bâtiment de trois étages, qui accueillera un showroom, des bureaux, des salles pour la formation... Un projet qui devrait à nouveau marquer les esprits.