Au Mondial de l’automobile 2018, le petit 4x4 Jimny tenait le premier rôle sur le stand de la marque nippone. Un pied de nez par rapport à un évènement qui faisait la part belle à la mobilité et à la voiture électrique et surtout un clin d’œil à un modèle historique et emblématique de la marque nippone. Né en 1970, le Jimny (nommé LJ 10 à l’époque) a été produit à près de 3 millions d’exemplaires dans le monde. La deuxième génération du tout-terrain (SJ4 10), lancée en 1981 et dont une partie était fabriquée en Espagne (dans l’usine Santana), s’est vendue à près de 30 000 unités en France.

Suzuki Jimny 4x4 tout-terrain
Lancée en 1998, la troisième génération du Jimny aura tenu 20 ans
La troisième génération, arrivée en 1998, a conforté le succès : 42 300 exemplaires commercialisés dans l’Hexagone. Le pic a été observé en 2007 avec 5 850 Jimny vendus. Par la suite, avec l’introduction des malus (4 000€ pour le véhicule) et la baisse du diesel, le modèle a logiquement perdu de sa superbe. Sans être véritablement soutenu ni animé, il a continué de vivoter entre 1 200 et 1 500 unités selon les années.

Son succès commercial devenu relatif mais plus encore l’évolution de la réglementation en Europe ont rendu son devenir sur le marché européen plus qu’incertain. « La question s’est posée il y a quatre ans de savoir si un franchiseur à l’ancienne, avec châssis échelle et boîte de transfert, était encore d’actualité dans le monde automobile d’aujourd’hui. Toutes les études ont démontré qu’un vrai 4x4 avait encore du potentiel, dans les pays émergents mais également dans les marchés matures comme l’Europe. D’où le projet de renouvellement du Jimny », justifiait Stéphane Magnin, directeur de l’activité automobile de Suzuki, lors de l’ouverture du Mondial de l’Automobile. Mais le dirigeant n’imaginait pas que le modèle susciterait un tel engouement.

-Retrouvez l'essai complet du Suzuki Jimny en cliquant sur ce lien

Un succès dès le Mondial de l’automobile


A l’issue du salon, plus de 80 commandes avaient déjà été enregistrées. D’octobre à fin décembre 2018, le réseau a enregistré 1200 commandes de clients. Pour rappel, Stéphane Magnin tablait sur 1 500 unités commercialisées sur l’ensemble de l’exercice 2019. Les ventes finalisées à l’heure actuelle seront livrées entre le mois juin et septembre, le véhicule étant importé du Japon. « Nous avons le potentiel en France pour commercialiser entre 2 500 et 3 000 Jimny. Le réseau croit beaucoup dans ce véhicule. La bataille se fera principalement sur le volume de production, car le modèle rencontre un vif succès partout en Europe. Nous aurons des capacités supplémentaires à partir d’avril », informe Stéphane Magnin.

Le Jimny reste taillé pour une clientèle de professionnels, composée de professions libérales, d’administration, voire d’artisans. Il est également plébiscité pour des activités de loisir. A ce jour, deux tiers des acheteurs ont opté pour le kit VUL (345€ HT sans la pose), distribué par le carrossier Jocquin. Long de 3,64 m (avec la roue de secours), le Jimny de quatrième génération est raccourci de 50 mm par rapport à son prédécesseur. Il est en revanche plus large de 45 mm (1,65 m). Le véhicule est animé d’un moteur unique, le 1,5 l VVT de 102 ch (il remplace l’ancien bloc 1,3 l). La boite de vitesses manuelle (2 153€ de malus) représente le gros de la demande, le malus s’élevant à 4 890€ avec la boite automatique (à 4 rapports). Jimny est disponible en trois finitions : Avantage (20% des ventes environ), Privilège (40%) et Pack (40%).

Un prix moyen autour de 19 000€


Le petit tout-terrain démarre à partir de 17 225€ et le prix moyen de vente devrait se situer autour de 19 000€. « Sur ce genre de modèle, le prix et les équipements sont uniformisés sur l’ensemble du continent. Le tarif a été fixé en fonction de l’ancien Jimny plus que par rapport à la concurrence. Doit-on considérer le Duster 4x4 ou la Panda 4x4 comme des concurrents ? Oui et non. En réalité, des véhicules comme le Jimny, à contre-courant, cela n’existe plus vraiment aujourd'hui », juge Stéphane Magnin. En 2020, Suzuki informe que l’ensemble de sa gamme sera doté de motorisations hybrides (hybridation légère ou « mild hybrid »). Seul le Jimny, qui conservera son moteur à essence, dérogera à cette règle.

30 000 unités en France en 2019


Le constructeur nippon, qui a immatriculé 27 241 voitures en France en 2018, entend atteindre la barre des 30 000 unités en 2019 grâce à l’apport du Jimny mais aussi du Vitara, qui vient d’être restylé (5 500 unités espérées). La Swift, qui devrait représenter 10 000 unités, reste le fer de lance de la marque. La France est le quatrième marché pour Suzuki en Europe, derrière l’Allemagne, l’Angleterre et l’Italie. En 2018, la marque nippone a commercialisé autour de 290 000 véhicules neufs sur le continent.