« Le droit de réparer » (« right to repair ») serait progressivement instauré aux Etats-Unis. Cette nouvelle loi sur l’après-vente automobile impose aux constructeurs et équipementiers de laisser le libre accès à leurs pièces détachées automobiles ainsi qu’à leurs manuels d’entretien, à disposition des réparateurs indépendants comme des automobilistes. Pour l’instant, seul l’Etat du Massachussetts a adopté cette législation concernant la vente de pièces de rechange. Certains ont donc franchi un premier pas pour démocratiser l’après-vente.

Tesla présente (enfin) un catalogue en ligne pour les Model 3, X, S et Roadster au grand public. Le site dédié à la recherche de pièces estampillées Tesla, epc.teslamotors.com, rassemble ainsi la totalité des pièces d’origine 2012-2016 comme la documentation concernant les quatre modèles. Pour l’instant, cette plateforme est uniquement ouverte aux clients locaux et sur inscription pour les garages agréés ou indépendants, dans le but désormais de pouvoir commander et réparer soi-même son véhicule électrique.

Cependant, même si de nombreux schémas détaillés montrent tous les composants d’une Tesla, l’accès à la commande est restreint. Le nouveau catalogue ne garantit pas la disponibilité de toutes les pièces et certaines nécessitent de contacter le constructeur pour les acheter.
Tesla rappelle que la production de ses véhicules évolue chaque semaine (rendant difficile la mise à jour des manuels) et qu'une batterie ou un système de charge modifiés de manière incorrecte pourraient facilement provoquer des anomalies, voire des incendies. Donc son intervention pour les opérations plus lourdes sera toujours nécessaire.