Le pneu connecté est la réflexion du moment pour Bridgestone. La filiale européenne du manufacturier japonais s’est d’ailleurs offert la division Telematics de TomTom, le fabricant néerlandais connu pour ses systèmes de navigation GPS. La transaction s’est réalisée à hauteur de 910 millions d’euros. Le groupe devrait également reverser aux actionnaires 750 millions d’euros provenant du produit de cette vente via un remboursement de capital non soumis à l’impôt sur les dividendes. La finalisation de l'acquisition sera actée au plus tard au deuxième trimestre 2019, car elle reste soumise à certaines conditions comme l’approbation des investisseurs de TomTom.

En septembre 2018, TomTom annonçait déjà vouloir se séparer de cette activité secondaire dédiée à la gestion de flotte, aux solutions télématiques et services de voitures connectés. Ce rachat, ou le rapprochement avec TomTom, donnera donc naissance à une plateforme de données solide et primordiale concernant ces domaines et permettra surtout à Bridgestone d’accélérer son ambition dans le but de devenir l’un des leaders de solutions de mobilité en Europe : la fusion de l’offre pneumatique de l’un et celle de la télématique de l’autre fera émerger des pneus et services d'ordre numérique pour convenir à un public de consommateurs plus large. Autrement dit, des essais virtuels de pneus connectés pourront être mis en place prochainement.

«Nous sommes donc maintenant fort bien placés, dans la région EMEA, pour accélérer nos activités basées sur les données, pour élargir notre base de clients pour les flottes, et saisir des opportunités rentables et à forte croissance au sein du secteur de la mobilité automobile », souligne Paolo Ferrari, PDG de Bridgestone EMEA et vice-président exécutif du groupe.

Pour rappel, TomTom Telematics réalise une croissance à deux chiffres, équipe plus de 860 000 véhicules (flotte), traite de quelque 800 millions de positions GPS, 3,3 millions de déplacements et 200 messages entrants par jour.