A fin septembre 2018, la part des ventes de Toyota à particulier (VP) tutoyait les 66% quand celle aux sociétés et aux loueurs de longue durée se situait sous les 14% (13,7% précisément), soit un ratio inférieur à la moyenne du canal au niveau national (21,3%). La Yaris reste le fer de lance de la marque sur ce canal, avec une part de plus de 40% des ventes, suivie par le CH-R. En y ajoutant les véhicules utilitaires, marché sur lequel la marque grimpe de 15,3% sur neuf mois, les entreprises et loueurs de longue durée représentent 28% des ventes globales de Toyota en France.

En 2018, les ventes à société devraient s’élever à 28 000 unités (VP + VUL ; sans les loueurs de courte durée), dont 9 000 dans le cadre de contrats de location de longue durée. Environ 4 500 véhicules seront financés par Toyota Lease, dont 3 000 aux grands-comptes via le loueur ALD Automotive et 1 500 auprès de petites entreprises via une offre de LLD avec engagement de reprise proposée par les distributeurs. Cette dernière approche, en forte croissance par rapport à 2017, permet en outre d’alimenter l’offre de véhicules d’occasion du réseau. Du côté de Lexus, les ventes à société devraient s’établir à 2 400 véhicules en 2018, dont 1 200 unités en LLD.

150 vendeurs à société à terme


En France, le constructeur nippon s’appuie sur 48 Fleet Center, structures dédiées pour les ventes aux entreprises qui représentent 60% du volume global. Le nombre de Fleet Center ne devrait guère progresser dans les prochains mois, en revanche Toyota entend poursuivre l’augmentation du nombre de vendeurs à société. Ils devraient être 120 en fin d’année et Toyota maintient son objectif de 150 vendeurs à terme. Avec l’arrivée des nouveaux modèles présentés au Mondial de l’automobile – le Rav4, la Corolla (anciennement Auris) et la Camry (ex-Avensis) – et malgré l’abandon des motorisations diesels sur sa gamme VP, Toyota entend maintenir la croissance de ses volumes auprès des entreprises en 2019, avec dans le viseur la barre des 30 000 unités.