Uber compte inciter ses chauffeurs à opter pour des véhicules électriques et annonce le déploiement du programme « EV Champion Initiative » en Amérique du Nord, dans un premier temps, car on imagine que l’initiative serait aisément duplicable ailleurs, notamment dans les grandes villes européennes.

Après les premiers tests pilotes réalisés à Pittsburgh et Portland, sept autres villes nord-américaines sont concernées par le dispositif à partir de cette semaine : Austin, Los Angeles, Sacramento, San Diego, San Francisco, Seattle, et Montréal.

Concrètement, Uber travaille de concert avec les différentes villes pour offrir des avantages aux chauffeurs qui acceptent d’opter pour un véhicule électrique. Des avantages financiers (un dollar par course, frais d’assurance minorés, etc.) ou d’autre nature, y compris des discriminations positives.

L’objectif est ambitieux : parvenir à 5 millions de trajets en véhicules électriques d’ici un an. Dans cette perspective, la problématique de la recharge est centrale et Uber a développé une application spécifique pour les chauffeurs. « Bien qu’ils apprécient de ne pas payer l’essence et de faire partie intégrante d’un mouvement automobile innovant et responsable, ils font aussi face à des obstacles en perdant du temps rémunéré en rechargeant leurs véhicules. Il faut donc s’assurer qu’ils accèdent rapidement à des stations de recharge dans les zones urbaines et aussi qu’ils obtiennent des prix compétitifs pour les voitures électriques », explique un porte-parole d’Uber.

Le groupe étant parfois chahuté, difficile de ne pas voir dans cette initiative d’Uber un moyen de renforcer son caractère responsable et d’étendre le périmètre de son lobbying. La liste de ses partenaires pour le programme « EV Champion Initiative » (Association des véhicules électriques du Québec, Electric Mobility Canada, Forth, Plug-in America (PIA) ou encore Rocky Mountain Institute) ou son adhésion à l’organisme Veloz abondent d’ailleurs dans ce sens. Eu égard à l'enjeu de la pollution dans les villes, la démarche est pertinente et fait écho à l'offre Uber green, mais avec le précieux renfort d'incentives, de surcroît en partie négociés avec les villes partenaires.