A l'heure où certains dirigeants prônent et mettent en place des politiques protectionnistes, le premier ministre japonais Shinzo Abe et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker n'ont pas boudé leur plaisir en signant un "accord de partenariat économique" entre le pays et le continent. Cet accord, qui devra être encore ratifié par le Parlement européen avant de devenir définitif, couvre bien des secteurs économiques.

Un volet concerne l'industrie automobile : les actuels droits de douane de 10% qui frappent les véhicules en provenance du Japon devraient disparaître progressivement, en 7 ans à priori selon la Commission européenne. Les droits de douane sur les pièces suivront le même schéma, sauf que leur abolition devrait intervenir dès l'entrée en vigueur de l'accord.

L'ACEA s'était émue voilà quelques mois de l'afflux de véhicules japonais que cet accord pourrait créer. Et pourtant...

Selon des données obtenues auprès de l'association des constructeurs japonais, les importations en provenance du Japon sont d'ores et déjà en hausse : 295 227 véhicules légers entre janvier et avril 2018, contre 278 098 sur la même période en 2017 et 246 772
en 2016. Des chiffres qui peuvent paraître conséquents ; en réalité, les importations depuis le Japon ont représenté 5,4% des voitures neuves vendues en Europe sur les 4 premiers mois de l'année.
L'industrie japonaise a en effet délocalisé sa production en Europe depuis bien des années. D'après l'association des constructeurs nippons, 14 usines sont implantées sur le Vieux continent, pour 1,5 million de voitures fabriquées en 2016 et 160 000 personnes employées. Nissan se targuait voilà quelques jours à peine d'avoir produit "un million d'exemplaires" du Juke au sein de son usine anglaise de Sunderland...

Les importations de voitures japonaises en France se révèlent plutôt stables : 21 359 unités, toujours sur les quatre premiers mois de cette année, contre 20 303 un an auparavant. Ramené au total des véhicules japonais acquis en France, ce sont 28,6% d'entre eux qui proviennent d'une usine nipponne.
Les modèles japonais les plus vendus de France sont le fait d'usines situées en Europe ou proches de l'Europe. Ainsi le trio de tête : la Toyota Yaris est fabriquée en France, le Nissan Qashqai en Angleterre, le Toyota C-HR en Turquie. Ces trois modèles représentent à eux seuls 35,6% des véhicules neufs japonais vendus en France.