Dieter Zetsche, le patron de Daimler va être sur la sellette. Une plainte a été déposée auprès du Tribunal régional de Stuttgart par le cabinet d'avocats Tilp, qui accuse Daimler de "diverses manipulations de marché" depuis 2014;

Le groupe est notamment accusé d'avoir passé sous silence les risque immenses liés à l'installation d'un dispositif illicite dans ses véhicules pour tromper les contrôles sur les émissions d'oxyde d'azote (NOx).

Le cabinet d'avocat cite à cet égard une interview donnée en septembre 2015 en plein éclatement du dieselgate par Dieter Zetsche, où il affirmait que "contrairement à Volkswagen, Daimler n'a pas installé de logiciel fraudeur dans ses véhicules".


Mais la maison mère de Mercedes s'est retrouvée à son tour plongée dans ce scandale mondial après le rappel à travers l'Europe de 774.000 véhicules de la marque à l'étoile équipés de logiciels capables de fausser les niveaux d'émissions, selon l'ordre donné le 11 juin par le ministère allemand des Transports.

De possibles réclamations en milliards d'euros


Le cabinet chiffre à au moins 12,5% du prix par action achetée le préjudice subi par chaque actionnaire de Daimler, ce qui pourrait conduire à des réclamations "en milliards" auprès du constructeur.

Fidèle à une tactique employée dans des plaintes liées au même scandale, le cabinet Tilp, installé près de Stuttgart, s'attend en effet à ce que de nombreux actionnaires de Daimler rejoignent sa plainte qui a un caractère pilote.

Le cabinet représente déjà plus de 2.000 plaignants, actionnaires particuliers et institutionnels, qui réclament environ 5,4 milliards d'euros de dommages à Volkswagen en Allemagne. Une autre plainte déposée au nom d'actionnaires contre Porsche SE, la maison mère de Volkswagen, est examinée depuis plus de 15 mois par le Tribunal de Stuttgart.