Les concessionnaires BMW de France, qui représentent 149 contrats de distribution, ont accepté de signer le nouveau document qui les lie à la marque allemande jusqu'au 30 septembre 2023 : "Il n'y a pas eu de point notable qui aurait fait obstacle, les évolutions sont faibles" indique Christian Mery, distributeur de la marque à l'hélice dans le Centre-Val de Loire et président du groupement des concessionnaires BMW dans l'Hexagone.

Des évolutions faibles aussi de l'aveu de BMW France et du directeur du développement du réseau Alexandre Leclerc. Mais pas inexistantes pour autant : "Le changement porte surtout sur le modèle de distribution de la gamme i (ndlr, les électriques). Maintenant que les volumes augmentent, nous souhaitons passer par les concessionnaires" indique t-il. Comme l'avait déjà annoncé L'argus, BMW vendait en direct les i3 et i8. Une manière de procéder qui a montré ses limites, selon Vincent Salimon, le président du directoire de BMW en France.

Le nouveau contrat de distribution a aussi été l'occasion d'une vaste remise à jour sur plusieurs sujets : bien des annexes concernent désormais la RGPD, afin "de savoir qui, et à quel moment, est responsable du traitement des données" explique encore Alexandre Leclerc. Un sujet plus sensible qu'il n'y paraît, car bien des discussions ont lieu à l'heure actuelle au niveau européen.
Toujours selon M. Leclerc, le nouveau document signé par les distributeurs a aussi permis d'officialiser les pratiques liées aux mises à jour de logiciel à distance. BMW pratique cela depuis plusieurs années, il ne s'agit donc pas d'une nouveauté en tant que telle.

Comme les contrats sont européens, tous les distributeurs ont été logés à la même enseigne. Certains, en Espagne, auraient grincé des dents parce que BMW s'arroge le droit de procéder à de la vente en ligne de véhicules sans passer par le réseau : "C'était déjà le cas dans le précédent contrat" termine Alexandre Leclerc, "mais nous, nous avons confirmé que l'on souhaitait continuer à vendre avec le réseau."