L'accord de libre-échange entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique (Nafta, Alena en français) sera bientôt remplacé par un nouveau traité. Le gouvernement de Donald Trump est parvenu à un accord avec le Mexique le 27 août, en dépit de l'absence du Canada à la table des négociations.

Le président américain voulait revoir ce traité quasiment depuis son entrée en fonction. L'une de ses antiennes est de prétendre que le Mexique, le Canada (mais aussi l'Europe) volent des emplois aux Américains dans le secteur de la construction automobile. S'il n'a pas obtenu le retour des usines GM ou Ford sur le territoire américain, le président est semble-t-il parvenu à revoir les règles du jeu sur la quantité de pièces provenant directement d'Amérique. Ainsi, selon Automotive News, un véhicule fabriqué au Mexique ne sera pas taxé lors de son importation aux Etats-Unis à la seule condition que 75% de sa valeur provienne de l'un des deux pays. Auparavant, ce seuil était fixé à 62,5% selon nos confrères américains.

Le monde de l'automobile s'est plutôt félicité de cet accord : "Nous sommes satisfaits d'apprendre que les Etats-Unis et le Mexique sont parvenus à un consensus en dépit de plusieurs divergences,  dont les règles de provenance des véhicules. Nous sommes impatients d'en savoir plus" a ainsi fait savoir Auto Alliance, l'association américaine qui porte la voix des constructeurs présents aux Etats-Unis.
L'association VDA, qui est quant à elle l'organe de communication officielle des constructeurs allemands, n'a pas dit autre chose : "L'accord entre les États-Unis et le Mexique est positif. Le commerce sans barrière dans la région actuelle de l'ALENA est crucial pour les constructeurs et les fournisseurs allemands" a t-elle indiqué.

Mais Auto Alliance comme VDA ont aussi lourdement insisté sur un point : "Les chaînes de valeur dans les trois pays sont étroitement liées. Les pièces passent les frontières plusieurs fois jusqu'au véhicule fini. C'est pourquoi il est tout aussi important de parvenir à un accord avec le Canada afin d'éviter de nouvelles frontières douanières" a prévenu VDA, tandis qu'Auto Alliance a enjoint les Etats-Unis à discuter d'urgence avec le pays gouverné par Justin Trudeau.

Le message aurait été entendu. Selon Associated Press, la ministre canadienne des Affaires étrangères aurait écourté une tournée européenne pour se rendre directement à Washington afin d'y rencontrer ses pairs.