Audi AG et Hyundai Motor ont donc signé accord pluriannuel de licence réciproque sur les brevets portant sur toute une série de composants et de technologies liés aux véhicules électriques alimentés à l’hydrogène (FCEV). Il y a quelques années encore, cet accord aurait été impensable, mais la multiplication des défis technologiques proposés à l’industrie automobile intime désormais aux constructeurs et aux équipementiers de mutualiser des programmes de recherche, en s’ouvrant aussi à de nouveaux acteurs. « Pour garantir le déploiement de cette technologie durable qu’est la pile à combustible, la coopération est le meilleur moyen d'optimiser les structures de coûts », souligne d’ailleurs Peter Mertens, membre du Conseil d’administration pour le développement technique chez Audi AG.

Dès lors, ce contrat ne constitue guère une surprise dans la mesure où Hyundai est notoirement investi sur les véhicules à PAC, l’ix35 et le nouveau Nexo en étant la parfaite illustration, et où Audi possède le lead sur ce volet de recherche au sein du groupe Volkswagen. Précisons que l’accord concerne également les autres entités liées aux deux groupes, notamment Kia Motors Corporation et Volkswagen AG.

Au-delà des programmes de R&D, l’objectif poursuivi par les deux groupes est de donner une nouvelle impulsion à la technologie des véhicules à PAC, jugée très prometteuse à l’orée des années 2000 puis occultée des radars, médiatiques s’entend, avec l’émergence des modèles hybrides et 100 % électriques. « Nous sommes convaincus que le partenariat entre le groupe Hyundai Motor et Audi AG contribuera à rehausser la notoriété des véhicules électriques alimentés à l’hydrogène et à prouver leurs avantages à la société dans sa globalité », lance ainsi Euisun Chung, vice-président de Hyundai Motor Company.

Il convient de rappeler que d’autres constructeurs de premier plan se sont associés sur le même périmètre de recherche. Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut citer General Motors et Honda, qui ont l’ambition d'une première commercialisation en 2020, mais aussi BMW Group et Toyota.

Plusieurs pays, dont la France, se sont aussi dotés de « plan hydrogène », tandis qu’un état comme la Californie, aux Etats-Unis, a provisionné des budgets significatifs pour le développement des infrastructures (environ 100 millions de dollars US). En France, les équipementiers Tier 1 sont aussi sur la brèche, avec Michelin, Plastic Omnium ou encore Faurecia, qui vient d'ouvrir un programme dédié avec le CEA.