Le marché du véhicule d’entreprise s’est requinqué ! Après un mois de mai 2018 plutôt décevant (lire Véhicule d'entreprise : le mois de mai 2018 en repli de 1,7%), le mois de juin a changé la donne, selon l’Observatoire du véhicule d’entreprise (OVE), avec des immatriculations (VP + VUL) en hausse de 1,9% à 82 952 unités. Et au cumul, sur six mois de janvier à juin, l’OVE a observé une progression des ventes de 3,7%, soit 417 875 mises à la route VP et VUL et, sur 124 jours ouvrés contre 125 au premier semestre 2017.

Par ailleurs, l’organisme signale aussi que « cette croissance est toutefois moins rapide que celle du marché automobile pris dans son ensemble puisque, selon les statistiques du CCFA, les immatriculations de VP et de VUL se sont inscrites sur la même période en progression de 5,6 % à 1 429 421 unités. »

Par segment.

Ce sont les véhicules particuliers qui ont tiré les immatriculations de janvier à juin à +4,9% (243 887 unités) contre un rythme deux fois moins rapide du côté du véhicules utilitaires : +2,1% à 173 988 unités.

Par type d’énergies.

L’OVE constate une nouvelle fois un repli du diesel avec une baisse de 1,8% (336 819 unités VP+VUL). Même s’il conserve une part de marché à plus de 80%, celle-ci perd 4,5 points par rapport à fin juin 2017. L’essence continue de progresser et atteint presque les 61 000 immatriculations VP et VUL (+33,5%). Sa part de marché s’élève à 14,6%, soit 3,3 points de plus qu'en juin un an auparavant.
A lire aussi Véhicules d'entreprise : le coût d'usage repart à la hausse en 2017.

L’électrique et l’hybride ont également le vent en poupe depuis le début de l’année avec respectivement une progression à 37,8% (7226 VP + VUL) et 46,7% (12 532 VP +VUL). « La part de marché de l’électrique reste toutefois stable à 1,7 %. Depuis plusieurs mois, son rythme de croissance est plus rapide en entreprise que sur le marché automobile global. Selon l’Avere, les immatriculations de VP et de VUL électriques ont progressé de 12% sur les six premiers mois de l’année pour atteindre 18 000 unités. Soit un rythme trois fois moins rapide qu’en entreprise », précise l’OVE. Quant aux véhicules hybrides, ils ont gagné un point de part de marché pour atteindre 3% sur le premier semestre.