Le premier mois de l’année est toujours déterminant, il indique souvent une tendance à suivre. Alors, 2019 serait-elle celle du véhicule utilitaire léger ? L’Observatoire du véhicule entreprise (OVE) dresse les premiers résultats mensuels du marché des flottes et constate « un début d’année en demi-teinte ».

Alors que les immatriculations totales ont progressé de 3,18% par rapport à janvier 2018, cette hausse a été en partie soutenue par les VUL (3,5 tonnes et moins). Car ce sont 28 640 unités qui ont été enregistrées sur le mois, soit un bond de 11,57%. Le segment des véhicules particuliers a, quant à lui, entaché le bon démarrage du marché entreprise : -2,55% pour chuter à 36 698 mises à la route. Pour rappel, ce basculement a déjà été constaté en fin d’année 2018, en raison de l’entrée en vigueur du nouveau WLTP.

A lire aussi Véhicule entreprise : - 4,4% en novembre 2018

Autre constat identique : l’essence prend de plus en plus de place sur le marché des flottes. Cette motorisation a augmenté ses immatriculations VP-VUL de 55,11%, à 12 708 unités. Le diesel a accusé un repli de 5,51%, à 49 020 unités. Fin janvier 2019, leur part de marché respective (VP et VUL) se sont donc établies à 19,45% et 75% pour le second. Mais les flottes n’ont évidemment pas oublié l’électrique, qui a progressé de 47% sur un mois pour atteindre 1 262 mises à la route (PDM à 1,93%). Et, l’hybride n’a pas réussi à capter autant que l’année précédente car ce segment chute de 1,3% (2 284), soit une part de marché à 3,50%.

A lire aussi Top 10 des ventes de véhicules d'entreprise en 2018