« Avec le même nombre de jours ouvrés qu’en 2020 (20 jours), le marché entreprise a calé en février », prévient l’Arval Mobility Observatory. Certes, mais il a enregistré un bien meilleur mois que le marché national, qui lui est tombé à – 21 %. Les flottes ont en effet affiché
– 9,05 % de mises à la route, soit 68 692 d’immatriculations au total en février. Une différence est toutefois notable dans la catégorie de voitures : les véhicules particuliers ont chuté de 12,9 % à 39 561 unités, quand les utilitaires légers ont reculé de 3,3 % pour atteindre
29 131 unités.

L'électrique en peine

Il est important de noter que l’intérêt pour les motorisations dites alternatives est resté bien orienté avec une croissance de 141,6 % pour les hybrides rechargeables, soit 4 255 VP et VUL et + 50,4 % pour les hybrides, soit à 4 844 VP et VUL.
De son côté, l’électrique a signé un coup d’arrêt : – 8,07 % et 2 505 immatriculations au total. « Comme en Janvier, c'est le segment VP qui explique cette situation, avec un repli de
– 12,3 % à 1 848 immatriculations »
, souligne l’Observatoire. En parallèle, le Diesel et l’essence continuent de perdre de la vitesse avec respectivement – 17,7 % (43 315 VP + VUL) et – 10,84 % (13 438 VP + VUL).

Sur les deux premiers mois de 2021, le marché du véhicule d’entreprise est passé dans le rouge avec ces derniers résultats, portant à 132 022 le nombre de ventes, soit une baisse de près de 3 %. Rappelons qu’en janvier, il avait enregistré une hausse des livraisons de 4,3 % pour atteindre 63 100 unités.