Les acheteurs de véhicules neufs ont été 1 148 775 au sein de l'Europe élargie le mois dernier (Islande, Norvège et Suisse incluses), un résultat en léger retrait de 0,9%. Les principaux marchés du continent ont témoigné de chiffres disparates : +2,7% d'immatriculations en Allemagne, avec 268 867 VP distribués ; +2,1% en France, où 172 438 VN ont été écoulés, et +1,4% au Royaume-Uni (81 969 ventes). Mais a contrario, le marché s'est révélé en recul en Espagne (100 701 immatriculations, -8,8%) et en Italie (177 825 ventes, -2,4%).
L'apathie générale n'a toutefois pas étouffé un certain dynamisme des pays de l'Est. La Roumanie a ainsi continué de s'équiper en véhicules neufs en février (+37,5%, 12 071 immatriculations), à l'instar de la Hongrie (+12,6%, 11 227 VN vendus) ou encore de la Bulgarie (+9,8%). Au nord de l'Europe en revanche, la tendance n'a pas été la même. Seule la Norvège a vu ses ventes croître (+9%), tandis qu'en Suède (-14,9%) et en Finlande (-11,3%), le début d'année a été morose pour les distributeurs.

Point de grand changement dans les équilibres entre constructeurs. Le groupe Volkswagen a gagné 0,1 point de pénétration (à 24,4%), bien que ses marques Audi (-8,1%) et Porsche (-46,4%) ont continué de reculer. Le groupe PSA est, avec le groupe Daimler, celui qui a le plus progressé en parts de marché : 0,3 point de gain (17,3% du marché total pour PSA), essentiellement grâce à la hausse de Citroën (+7,2% d'immatriculations) et en dépit du retrait des ventes de 3,4% vu chez Opel. Le groupe Renault aussi a gagné un peu de terrain en février : +0,1 point de pénétration à 10,6% du marché, car Dacia (+2,4% de ventes) n'en finit pas de briller. Le groupe Renault peut d'ailleurs se féliciter de ne pas voir ses ventes consolidées avec celles de Nissan. La marque soeur a continué de perdre des clients en pagaille en février, avec des immatriculations en retrait de 24,3% à 29 679 unités.

Le coude à coude qui oppose les groupes BMW et Daimler a donc encore une fois tourné à l'avantage du second. Daimler a occupé 5,9% du marché européen le mois dernier, tandis que ses ventes ont grimpé de 4,7%. BMW Group a de son côté observé un retrait de sa pénétration de 0,2 point, à 5,7%, car la marque BMW a vu ses immatriculations chuter de 5%.
Les résultats du groupe Hyundai ont été identiques à ceux de février 2018 (74 896 ventes pour les deux marques), tandis que pour ce qui concerne les groupes japonais Toyota (-2%), Mazda (-5,4%) et Honda (-8,5%), les différents marchés européens n'ont pas été florissants.

Les immatriculations sont en retrait de 2,9% au cumul des deux premiers mois de l'année.