Sur un marché hexagonal qui s’est clôturé à 2 173 481 véhicules neufs immatriculés en 2018 (+3%), les ventes aux clients particuliers ont représenté un volume de 1 053 083 unités, soit une progression de 3,9% par rapport à l’exercice 2017 et une part de 48,5%. C’est 0,5 point de mieux qu’il y a deux ans. Peugeot s’est adjugé la première place du segment avec une part de 16,1% des immatriculations (+4,7%), devançant de 0,3 point Renault (15,8% ; -3,4%). A noter le joli second semestre de Citroën, lui permettant de terminer l’année avec une part de segment de 10,4% (+16,3%). Dacia a commercialisé 117 390 véhicules neufs à particulier, soit une progression de 18,2% et surtout une part de 84% de ses ventes globales. Evidemment, aucune autre marque ne fait mieux. Toyota (+11,4%) et Fiat (+26%) ont également enregistrer des croissances significatives à client final en 2018.

Les immatriculations aux loueurs de courte durée ont représenté 11,4% du marché VN (+0,5 point), à 246 617 unités (+7,9%). Renault a pesé un quart de ce segment en 2018 (24,5%), avec un volume de 60 589 véhicules (+13,5%). Sa part a augmenté de 2,5 points par rapport à 2017 (22%). Seat (+49,2%) et Jeep (+53,4%) sont deux autres marques qui ont fortement appuyé sur ce canal.

Les transactions à société se sont établies à 249 650 unités, un volume stable par rapport à l’année 2017 (+0,4%) et une part qui se situe à 11,5% du marché.

Le marché des loueurs de longue durée a culminé à 214 045 immatriculations en 2018 (part de 9,9% du marché VN), en progression de 6,1%. Les rôles sont inversés par rapport au segment de la LCD. Ainsi, Peugeot a généré 54 989 immatriculations en LLD (+17,2%), et une part de 25,6%, tandis que celles de Renault ont reculé de 4,2%, affichant 14,9% du segment.

Enfin, les véhicules de démonstration ont représenté 15,5% des immatriculations de voitures neuves (+0,7% ; à 335 706 unités), soit un léger repli de 0,3 point par rapport à 2017. Renault n’a pas abusé de ce canal l’an passé puisque ses ventes ont chuté de 19,1%. En revanche, les marques nippones, entre autres, y ont eu recours : Mitsubishi (+69%), Honda (+64,2%) et Nissan (+22,3%).