A la veille de l’ouverture du salon de Genève 2019, le groupe Volkswagen a annoncé qu’il allait proposer à d’autres constructeurs et sociétés de s’appuyer sur sa plateforme modulaire électrique (MEB), spécialement dédiée à la production de série de moteurs électriques.

« L’objectif est de réduire significativement les coûts de l’électromobilité en déployant la MEB le plus largement possible, ce qui permettra de réaliser des économies d’échelle et donc de continuer à offrir un large accès à la mobilité individuelle », soulève ainsi le groupe.

La société allemande e.GO Mobile, basée à Aachen, sera le premier partenaire extérieur à utiliser la plateforme pour le lancement de ses véhicules électriques. Les équipes de la société travaillent sur des projets de véhicules pour les petits déplacements.

« La MEB va devenir le standard de l’électro-mobilité. Cette plateforme permet aussi la production rentable de véhicules en série limitée, comme l’ID. Buggy », commente Herbert Diess, président du directoire de Volkswagen. La marque allemande dévoile actuellement son concept ID. Buggy au salon de Genève. Le groupe prévoit une première vague de quelque 15 millions de véhicules 100% électriques basés sur la plateforme.

Huit plateformes MEB d’ici à 2022


La production de la Volkswagen I.D., le premier véhicule de série au monde basé sur la plateforme MEB, débutera à Zwickau fin 2019. D’ici à 2022, ce sont huit usines qui pourront accueillir cette plateforme (Chattanooga aux Etats-Unis, Emden, Hanovre, Dresde et Zwickau en Allemagne, Mlada Boleslav en République Tchèque, Anting et Foshan en Chine).

Volkswagen va investir près de 44 milliards d’euros dans l’électrification, la transformation numérique, les services de mobilité et la conduite autonome d’ici à 2023, dont 30 milliards d’euros seront exclusivement destinés à l’électro-mobilité. En 2025, les véhicules électriques devraient représenter environ un quart du portefeuille de modèles du constructeur.