Volkswagen a livré 564 500 véhicules dans le monde en novembre, soit un repli de 5,2% par rapport au même mois de l’an passé. Les effets liés au WLTP se sont estompés et la marque a repris sa marche en avant en Europe avec 143 900 unités écoulées (+1,2%), malgré des performances en retrait en Allemagne (-4,7%). « Les nouveaux modèles Polo, T-Roc et Touareg ont joué un rôle clé dans ce développement positif », indique le constructeur. Portée par les Touareg, Tiguan et Polo, Volkswagen a enregistré un bond de 13,2% en Russie, même si les volumes restent plus confidentiels (10 200 unités).

Le bilan a été principalement plombé par les résultats en berne en Chine, son premier marché mondial, où elle accuse une baisse de 8% des livraisons, à 304 700 unités. « Les effets des différends tarifaires avec les Etats-Unis continuent à se faire ressentir. L’économie dans sa globalité ainsi que le marché automobile sont impactés par la forte incertitude à l’achat de la part de certains consommateurs », explique la marque. Le regain d’activité au Brésil (+19,6%) n’a pas permis de compenser le recul des ventes aux Etats-Unis (-8,3%).

« Au regard des conditions difficiles auxquelles nous faisons face, la marque Volkswagen est bien positionnée en termes de livraisons. Nous avons encore besoin de 530 000 véhicules livrés pour égaler le record réalisé l’an passé. De mon point de vue, nous pourrions réussir et peut-être même enregistrer des livraisons légèrement supérieures », commente Jürgen Stackmann, membre du directoire en charge des ventes.

Sur onze mois, Volkswagen a écoulé 5 704 200 voitures neuves dans le monde, soit une progression de 1,2% par rapport à la même période de l’an passé. Avec un volume de 1,6 million de véhicules, la marque affiche une croissance de 4,3% en Europe. Elle accuse un léger repli en Chine (-0,5%), à 2,82 millions d’unités, et progresse de 4,1% aux Etats-Unis (322 000 livraisons).