« Ces résultats confirment le bon positionnement de Volvo Cars pour entrer dans une nouvelle phase de croissance mondiale durable », prévient Håkan Samuelsson, son président et CEO lors de l’annonce des résultats trimestriels et semestriels du groupe.

Sur le deuxième trimestre 2018, Volvo Cars a en effet enregistré un chiffre d’affaires de 66 milliards de SEK (6,4 milliards d’euros), en progression de 26,9%. Les ventes ont atteint 170 232 unités, soit +14,6%. Il estime d’ailleurs la marge opérationnelle à 6,4% contre 6,3% à la même période en 2017. Le résultat d'exploitation trimestriel a franchi la barre record de 4,2 milliards de SEK (407,1 millions d’euros), soit +28,6%.

Au cumul des six premiers de 2018, le chiffre d’affaires s’élève à 122,9 milliards de SEK (11,9 milliards d’euros). Une hausse de 23,6% constatée. Volvo Cars reporte ce succès aux ventes record « dans l’histoire du constructeur » avec 317 639 véhicules écoulés dans le monde. L’augmentation s’inscrit à 14,4% par rapport à la période janvier-juin de 2017 pour une marge opérationnelle portée à 6,4%.
Au plan financier, le groupe a constaté une évolution positive de son résultat d’exploitation : 7,8 milliards de SEK (756,1 millions d’euros) soit +15,7%. Il s’agit aussi d'un record.

« Nous sommes bien partis pour enregistrer un nouveau record des ventes sur l’ensemble de l’année 2018, et entendons confirmer notre mutation en prestataire de solutions de mobilité mondial et diversifié dans le cadre de notre nouvelle vision baptisée “Freedom to Move” », renchérit le patron.

Plusieurs objectifs s’offrent au constructeur (qui appartient à Geely Holdings depuis 2010) pour la fin de l’année et d’ici à 2020. Outre le fait de garantir le lancement de ses futurs modèles, il entend également réussir sa transition de constructeur automobile à fournisseur de services de mobilité. Selon lui, l’ambition est de générer la moitié de son chiffre d’affaires annuel avec des véhicules 100% électriques, de porter la part des véhicules autonomes à un tiers de ses ventes et de proposer l’acquisition par abonnement pour un modèle sur deux.

« Ces initiatives devraient révolutionner les rapports du constructeur avec sa clientèle, dans la perspective de nouer plus de cinq millions de relations clients directes d’ici la mi-2020, ce qui générera de nouvelles sources de revenus récurrents. Des initiatives qui, de plus, placeront l’entreprise en position privilégiée pour développer des services clients, connectés ou non ».